Dans l’industrie de la construction – Une association de travailleurs voit le jour à Pessamit

Par Steeve Paradis 12:00 AM - 04 avril 2018
Temps de lecture :
L’Association des travailleurs innus de Pessamit a récemment désigné son premier exécutif. On retrouve Olivier Picard (conseiller), Alain Picoutlaigan (vice-président), le président John Rock et Cyriac Vachon (conseiller). Photo courtoisie

L’Association des travailleurs innus de Pessamit a récemment désigné son premier exécutif. On retrouve Olivier Picard (conseiller), Alain Picoutlaigan (vice-président), le président John Rock et Cyriac Vachon (conseiller). Photo courtoisie

Baie-Comeau – Quelques travailleurs de la construction de Pessamit tentent de fédérer les autres Innus de la communauté dans le domaine pour défendre leurs droits et avoir un meilleur accès aux emplois disponibles. Ils viennent de créer en ce sens l’Association des travailleurs innus de Pessamit.

« On veut collaborer avec tout le monde et on espère que tous embarquent », a lancé l’un des instigateurs de l’association, Olivier Picard, qui dit souhaiter que le regroupement favorise entre autres la communication entre les divers intervenants afin de mieux faire connaître les emplois disponibles ou à venir.

L’organisme entend d’ailleurs collaborer de près avec le Conseil des Innus de Pessamit pour être plus au fait des visées économiques de la communauté, des contrats à venir et des postes disponibles. D’une certaine façon, l’association désire que ses membres aient priorité sur les projets nécessitant des travailleurs de la construction sur le Nitassinan, le territoire ancestral.

« On veut rencontrer bientôt le conseil de bande pour avoir des informations. Quelles sont leurs démarches pour des projets économiques? Quelles sont les entreprises qui ont des projets sur le territoire? On veut que le conseil nous fasse savoir ce qui est disponible comme emploi », a enchainé M. Picard en signalant que l’association ne veut pas jouer le rôle des syndicats déjà existants..

Ultimement, Olivier Picard aimerait que le conseil de bande agisse un peu comme un guichet unique d’emploi, tout en donnant la priorité aux travailleurs innus dans son référencement aux entreprises. « On souhaite qu’il (le conseil) fasse connaître ce qu’il y a de disponible comme emplois et qu’ils disent aux entrepreneurs quels travailleurs innus sont disponibles, par corps de métier. »

Discrimination?

Pour le travailleur, un regroupement permettra aussi aux Innus de combattre l’intimidation, le harcèlement et la discrimination dont ils seraient encore parfois victimes. L’égalité salariale ne serait pas toujours une réalité non plus. « Ça arrive encore à certains endroits, de payer les Innus moins chers que les autres travailleurs », a-t-il déclaré.

Jusqu’à présent, l’Association des travailleurs innus a tenu deux assemblées, auxquelles ont assisté une vingtaine de personnes selon M. Picard. « On dirait qu’il y en a qui ont peur (de s’afficher avec l’organisme), on ne sait pas trop pourquoi, mais on sait qu’il y a beaucoup de gens qui nous appuient là-dedans », a conclu M. Picard.

Partager cet article