Hydro-Québec procède à des déversements préventifs

Par Sandro Célant 12:00 AM - 02 mai 2018
Temps de lecture :
Hydro-Québec a entrepris, depuis la semaine dernière, des déversements préventifs sur les réservoirs de la rivière Manicouagan (Manic-3 sur la photo) et ailleurs sur la Côte-Nord pour faire place aux apports d’eau provenant de l’éventuelle fonte des neiges et de la crue printanière. Photo courtoisie

Hydro-Québec a entrepris, depuis la semaine dernière, des déversements préventifs sur les réservoirs de la rivière Manicouagan (Manic-3 sur la photo) et ailleurs sur la Côte-Nord pour faire place aux apports d’eau provenant de l’éventuelle fonte des neiges et de la crue printanière. Photo courtoisie

Baie-Comeau – Hydro-Québec procède actuellement à des déversements préventifs sur les réservoirs de la rivière Manicouagan et ailleurs sur la Côte-Nord pour faire place aux apports d’eau provenant de l’éventuelle fonte des neiges et de la crue printanière.

Le résultat des campagnes de mesure de la neige au sol indique des quantités supérieures aux normales, ce qui laisse anticiper des volumes d’eau importants provoqués par la fonte des neiges.

Dans le but d’assurer la sécurité du public et de ses installations, la société d’État a entrepris, depuis la semaine dernière, des déversements préventifs servant à libérer plus d’espace dans ses réservoirs en prévision de la crue printanière.

Les débits d’eau totaux à l’aval des installations hydroélectriques demeureront à l’intérieur des plages normales d’exploitation et seront peu perceptibles par les utilisateurs, qui seront prévenus régulièrement par l’entremise de messages d’intérêt public.

À cet effet, les responsables d’Hydro-Québec expliquent le contexte énergétique à ce jour, qui enregistre une baisse significative de l’utilisation de l’énergie patrimoniale depuis 2012, le déséquilibre entre l’offre et la demande, la forte hydraulicité depuis 2012 de même que l’augmentation des stocks énergétiques et des probabilités de déversements.

Beaucoup plus de neige

En 2018, la couverture de neige a indiqué des accumulations sur la rivière La Grande de 25 à 50% supérieures à la normale et près de 25 % supérieure à la normale dans la Manicouagan.

Le plan de déversement résulte donc de la combinaison de trois facteurs, soit le faible taux d’augmentation de la demande québécoise, les stocks énergétiques importants de même que le couvert exceptionnel de neige.

L’objectif du plan est de demeurer un gestionnaire hydrique responsable en minimisant les impacts sur les milieux humains et l’environnement. Préventif, il est aussi évolutif et réévalué selon les prévisions quotidiennes.

Les opérations de déversement sont normales dans le cadre des activités courantes. La stratégie prioritaire est de turbiner l’eau autant que possible.

C’est pourquoi les déversements sont étalés sur la plus longue période possible, du printemps à l’automne et ce, à l’intérieur des débits connus.

Un contexte exceptionnel a été signalé à l’automne 2017 (entre le 24 et 30 octobre) alors qu’un territoire de 80 000 km2 a été affecté par les précipitations et les crues historiques.

Malgré la production des centrales à pleine capacité, l’ouverture des évacuateurs a été nécessaire sur les systèmes hydriques des rivières de la Côte-Nord. La capacité d’emmagasinage des réservoirs a permis de réduire les impacts sur les rivières.

Hydro-Québec estime que ces barrages contribuent à diminuer les impacts négatifs de la crue, qui peut être gérée de façon efficace grâce à la bonne collaboration de plusieurs intervenants.

Partager cet article