Votez pour la pire route du Québec

Par Steeve Paradis 12:00 AM - 06 mai 2018
Temps de lecture :
CAA-Québec invite les usagers de la route à voter pour ce qu’ils considèrent comme étant la pire route du Québec. Photo Google Images

CAA-Québec invite les usagers de la route à voter pour ce qu’ils considèrent comme étant la pire route du Québec. Photo Google Images

Baie-Comeau – Pour la quatrième année, CAA-Québec invite les usagers de la route à voter pour ce qu’ils considèrent comme étant la pire route. Avec ces votes, le CAA pourra ainsi établir son palmarès 2018 des pires routes du Québec.

« Se faire barouetter sur des routes en piètre état, ce n’est pas juste désagréable. » C’est sur ces mots que s’amorce le communiqué du CAA-Québec. « Ça fait mal au portefeuille des automobilistes et ça coûte une fortune à l’État et aux municipalités. C’est pour cette raison qu’il faut agir », ajoute-t-on.

C’est par les votes récoltés sur le site piresroutes.com que CAA-Québec pourra établir son palmarès. Lors des trois premières années de l’expérience, pas moins de 25 000 votes ont été enregistrés.

« On est très fier de donner un coup d’envoi à l’initiative Les pires routes, d’abord parce que c’est un succès de foule et parce que les usagers du réseau ont droit de s’attendre à mieux », a fait valoir la porte-parole, Sophie Gagnon, dans un communiqué de l’organisme.

Mal en point

Pour CAA-Québec, pas besoin de rouler des milliers de kilomètres pour se rendre compte que plusieurs routes sont mal en point. L’organisme cite le Conseil du Trésor du Québec, dont les chiffres révéleraient que la moitié des routes de la province sont en mauvais ou en très mauvais état.

Remettre les routes principales dans un état « acceptable » représenterait un investissement de 14,7 G$, assure le CAA, qui enchaîne en mentionnant qu’il en coûte 250 fois plus cher de refaire une route après 15 ans que de réaliser un entretien préventif assidu.

Nouveauté cette année avec Les pires routes, l’organisme versera 25 cents par vote, jusqu’à concurrence de 3 500 $ à sa fondation en sécurité routière. L’argent ainsi amassé ira au développement des brigades scolaires.

Partager cet article