La crue oblige l’évacuation des propriétaires au lac La Loutre

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 08 mai 2018
Temps de lecture :

Voici un aperçu de la situation qui prévalait au lac La Loutre samedi. Photo tirée de Facebook

Baie-Comeau –  L’exceptionnelle crue printanière de la semaine dernière a rendu la situation très problématique du côté du lac La Loutre, situé à une dizaine de kilomètres au nord de Baie-Comeau.  À un point tel qu’un avis d’évacuation préventif a été émis à l’ensemble des 88 détenteurs de droits du secteur et il était toujours en vigueur lundi.

Les événements se sont bousculés pendant la journée du vendredi 4 mai. Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a décrété la fermeture du chemin du lac La Loutre en raison du niveau élevé d’eau qui menaçait le pont enjambant la rivière Bacon au kilomètre 13 du chemin en question.  Cette décision a été suivie d’un avis d’évacuation des résidences permanentes et secondaires du secteur.

« Il y a un avis d’évacuation préventif compte tenu du niveau d’eau et des prévisions de pluie pour la fin de semaine. Il n’y a pas eu nécessité d’évacuation par hélicoptère. On a travaillé en étroite collaboration avec des experts hydriques du ministère de l’Environnement », a expliqué Nicolas Bégin, porte-parole du MFFP.

Tous n’ont pas quitté

Les propriétaires de résidences secondaires ont été informés de la situation et ceux qui se trouvaient sur place ont accepté de quitter. Les résidents permanents ont tous répondu à l’appel, sauf un. Selon M. Bégin, ce dernier n’est cependant pas en danger. « On est en communication avec cette personne. S’il y a quoi que ce soit, on va s’ajuster », a souligné le porte-parole lundi.

Les problèmes découlent de la difficulté d’un barrage, sous la responsabilité du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, de retenir toute cette quantité d’eau provenant de la pluie des dernières semaines, jumelée à la fonte des neiges.

Lundi matin, la situation du niveau d’eau était demeurée stable par rapport à la fin de semaine. Les conditions météo étant favorables à une décrue progressive. M. Bégin prévoyait que des employés puissent alors se rendre sur le terrain afin de mener d’autres vérifications et décréter éventuellement la réouverture du chemin et la levée de l’avis d’évacuation.

 

Partager cet article