Félix Girard est confiant de se trouver du travail

Photo de Sandro Célant
Par Sandro Célant

Baie-Comeau – Joueur autonome à compter du 1er juillet prochain, l’attaquant Félix Girard ne s’inquiète pas trop sur son avenir et se dit confiant de trouver du travail au sein d’une organisation professionnelle de hockey.

Rencontré au récent tournoi de golf de la Fondation de la Commission scolaire de l’Estuaire, l’ancien capitaine du Drakkar vient de compléter sa quatrième saison dans la Ligue américaine, sa deuxième dans l’uniforme du Rampage de San Antonio.

Évoluant sous les ordres de son ancien entraîneur-chef dans les rangs juniors, Éric Veilleux, le numéro 16 s’est montré satisfait de sa saison (fiche de 12-6-18 en 76 parties) même si son équipe n’a pu se tailler une place en séries.

« Cela a été un peu décevant de rater les éliminatoires, car nous avons connu un très bon début de saison. Les choses se sont toutefois gâtées après les Fêtes et il y a des facteurs que nous n’avons pas pu contrôler », a reconnu le joueur de centre de 24 ans.

Deux organisations

À sa deuxième campagne au sein de la troupe texane, Girard a précisé qu’il y a eu beaucoup de mouvement de personnel durant l’hiver. « Cette année, le club alignait des joueurs appartenant à l’Avalanche du Colorado et aux Blues de St-Louis et l’alignement a été souvent chambardé en raison des nombreux rappels dans la Ligue nationale. »

Même s’il n’a pas eu la chance d’être rappelé par l’Avalanche, le choix de quatrième ronde des Predators de Nashville en 2013 dresse un bilan positif. « J’ai participé à tous les matchs de la saison et j’ai pu jouer sur une base régulière ainsi que lors des désavantages numériques », a ajouté le patineur, qui avait déjà la confiance de son patron derrière le banc.

À quelques jours de la date importante du 1er juillet, l’athlète de 5 pieds 11 pouces, 196 livres ne s’en fait pas trop. « À ce niveau, je m’en remets à mon agent (André Ruel de la firme de Pat Brisson). Je sais qu’il y a eu quelques discussions et je suis prêt à aller n’importe où », a-t-il ajouté avec optimisme.

Pied-à-terre

En attendant, Félix Girard continue son entraînement physique, supervisé par son conseiller Tim Martin du Rampage, tout en se tenant actif sur le terrain de golf et le terrain de balle du parc Laval en tant que membre de la ligue de baseball senior.

En compagnie de sa conjointe Andréanne, à l’emploi d’Hydro-Québec, le joueur professionnel vient d’ailleurs de faire l’acquisition d’une maison mobile dans le secteur Est de la ville.

« Je suis bien content d’avoir un pied-à-terre à Baie-Comeau. Je vais profiter des prochaines semaines pour bien me préparer en vue du prochain camp d’entraînement, même si je ne connais pas encore ma future destination », a conclu l’athlète.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des