Sur la Côte-Nord – Les membres approuvent le projet de regroupement des deux caisses de groupe

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 19 septembre 2018
Temps de lecture :
Raymond Isabel est très heureux que 98 % des membres de la Caisse d’économie des employés d’Alcoa-Manic-McCormick aient approuvé le projet de fusion. Photo archives Le Manic

Raymond Isabel est très heureux que 98 % des membres de la Caisse d’économie des employés d’Alcoa-Manic-McCormick aient approuvé le projet de fusion. Photo archives Le Manic

Baie-Comeau – Les membres de la Caisse d’économie Desjardins des employés d’Alcoa-Manic-McCormick de Baie-Comeau et ceux de la Caisse des Mines, métaux et services publics (Côte-Nord) de Sept-Îles ont approuvé le projet de fusion des deux institutions en assemblée générale extraordinaire la semaine dernière.

« On est très heureux du résultat du vote », a lancé le président de la caisse de Baie-Comeau, Raymond Isabel. Chez nous, 98 % des voteurs ont dit oui au regroupement, et à Sept-Îles, 89 %.

On se souviendra que les deux seules caisses de groupe de la Côte-Nord préparaient leur mariage depuis un an. Lors des assemblées générales annuelles du printemps, les membres ont été mis au courant des démarches pour une première fois. En août, des séances d’information ont été tenues. Finalement, les gens ont été appelés à voter les 12 et 13 septembre.

Selon M. Isabel, la prochaine étape touchera l’approbation du regroupement par l’Autorité des marchés financiers. « Si la tendance se maintient, le 1er janvier, on va être la Caisse Desjardins des ressources naturelles », souligne-t-il.

Avant d’exercer leur droit de vote la semaine dernière, les membres soulevaient encore quelques interrogations. « Les membres avaient des questions, c’est normal. Ce sont des questions que nous aussi on s’est posées », assure le président de la caisse.

Ils ont ainsi exprimé leurs préoccupations pour la préservation des emplois et le sentiment d’appartenance qui pourrait souffrir avec l’avènement d’une unique caisse de groupe pour l’ensemble de la Côte-Nord. Ils ont obtenu l’assurance qu’ils n’avaient rien à craindre. « On a réussi à les convaincre », précise M. Isabel.

Une caisse plus forte
La nouvelle Caisse Desjardins des ressources naturelles représentera un actif de 261 M$. Elle comptera un total de 7 300 membres desservis par 25 employés. À titre d’exemple, actuellement, la Caisse d’économie des employés d’Alcoa-Manic-McCormick possède 4 320 membres, 12 employés et un actif de 90 M$.

Cette fusion non forcée vise à assurer la pérennité des deux caisses complémentaires. La Caisse Desjardins des ressources naturelles deviendra la seule du genre au Québec, ce qui pourrait lui permettre de prendre de l’expansion. « Dans quelques années d’ici, on pourrait ouvrir une succursale à Montréal et desservir les sièges sociaux, comme celui de Rio Tinto », avait d’ailleurs cité en exemple le président Isabel en août dernier.

Le directeur général de la Caisse d’économie des Mines, métaux et services publics (Côte-Nord), Steeve Chapados, insiste d’ailleurs sur le fait que ce regroupement est la première étape d’une démarche à portée provinciale qui représentera un atout important pour la région.

La nouvelle caisse sera constituée de deux centres de services, soit les places d’affaires actuelles, mais le siège social sera installé à Sept-Îles. Bien que le développement de marché pour le recrutement de nouveaux membres sera orienté exclusivement vers les ressources naturelles, les membres actuels issus des services publics continueront d’être desservis par la nouvelle entité.

Partager cet article