Construit au coût de 360 000 $, l’Église évangélique inaugure son bâtiment-église

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 14 octobre 2018
Temps de lecture :
Pendant qu’au Québec des églises ferment ou peinent à survivre, à Baie-Comeau, l’Église évangélique vient d’inaugurer son bâtiment-église. Photos courtoisie

Pendant qu’au Québec des églises ferment ou peinent à survivre, à Baie-Comeau, l’Église évangélique vient d’inaugurer son bâtiment-église. Photos courtoisie

Baie-Comeau – Un an après la fin de la construction de son bâtiment-église du boulevard Jolliet, l’Église évangélique de Baie-Comeau a procédé à son inauguration à la fin septembre en compagnie de 55 personnes, dont une vingtaine en provenance d’autres régions.

Président de cette assemblée, Jean-Pierre Dupont explique que la cérémonie d’inauguration était importante afin de partager cette réalisation avec les gens qui ont contribué au projet. Il s’est d’ailleurs réjoui de la présence de Roy Buttery, un pionnier du milieu des églises évangéliques au Québec.

Le bâtiment-église permet à l’Église évangélique de devenir propriétaire pour la première fois en quatre décennies d’existence. « Ça fait 40 ans qu’il existe des gens qui se regroupent à Baie-Comeau, mais on était comme des itinérants », illustre M. Dupont.

Le nouvel édifice offre aux membres des locaux beaucoup mieux adaptés pour les rencontres de groupes, peu importe le nombre de personnes. « Il y a aussi le sentiment qu’on est chez nous et qu’on ne paie pas un loyer dans le vide », précise aussi le président.

Parlant d’argent, l’Église évangélique a ficelé le financement de son projet de 360 000 $ de manière à éviter qu’il ne devienne un fardeau financier. Elle a investi 100 000 $ qu’elle avait réussi à engranger tout au long de ses 40 ans d’existence, reçu des dons d’une valeur similaire et finalement, contracté une hypothèque de 160 000 $.

Gens du quartier

Le mouvement évangélique de Baie-Comeau souhaite que son bâtiment-église devienne un lieu de rencontre pour les gens du quartier et d’ailleurs, au gré des diverses activités qui y sont organisées, notamment des déjeuners de l’espoir, des soupers avec témoignages et des soirées musicales.

Selon M. Dupont, l’endroit peut permettre aux gens « de prendre contact avec Dieu et de voir des changements dans leur vie ».

L’être humain n’est pas fait pour vivre seul et l’Église évangélique offre la possibilité d’une relation avec Dieu, poursuit-il.

Jusqu’à présent, quelques résidents du quartier ont participé à des activités, mais « ils sont encore un peu timides », avoue M. Dupont. Il rappelle que lors des travaux de construction, plusieurs croyaient qu’une mosquée verrait le jour près de chez eux.

Partager cet article