Un signal positif de Desjardins pour l’économie, mais… Réjean Porlier veut des solutions à la pénurie de main-d’œuvre

Par Charlotte Paquet 12:00 AM - 25 octobre 2018
Temps de lecture :
Président de l’Assemblée des MRC de la Côte-Nord et maire de Sept-Îles, Réjean Porlier considère que la pénurie de main-d’œuvre demeure l’enjeu de l’heure pour le développement économique de la région est celui de la main-d’œuvre. Photo archives Le Nord-Côtier

Président de l’Assemblée des MRC de la Côte-Nord et maire de Sept-Îles, Réjean Porlier considère que la pénurie de main-d’œuvre demeure l’enjeu de l’heure pour le développement économique de la région est celui de la main-d’œuvre. Photo archives Le Nord-Côtier

Baie-Comeau – Desjardins prévoit que l’éclaircie observée dans l’économie de la Côte-Nord se poursuivra. Mieux encore, les prévisions de beaux jours à venir sont telles que la croissance du produit intérieur brut (PIB) devrait se situer à un niveau supérieur à celle du Québec en 2018 et en 2019. Mais il reste le défi du recrutement de la main-d’œuvre qui pourrait ennuager ces prévisions.

C’est ce que révèle l’étude économique annuelle de Desjardins pour la région de la Côte-Nord. La reprise graduelle de l’industrie minière soutient l’optimisme, car du côté des autres secteurs économiques d’importance, la foresterie et la métallurgie, le contexte demeure difficile pour 2019. Pour ces deux industries, la situation pourrait cependant s’améliorer ou se détériorer selon l’évolution des négociations commerciales entre le Canada et les États-Unis, précise Desjardins.

Président de l’Assemblée des MRC de la Côte-Nord et maire de Sept-Îles, Réjean Porlier accueille les résultats de la dernière étude avec satisfaction, mais pour que l’essor se poursuive, dit-il, il faut donner un sérieux coup de barre au chapitre du recrutement de la main-d’œuvre.

« Je vous dirais que le dossier de l’heure pour moi, c’est la main-d’œuvre. La main-d’œuvre, le gaz naturel et le désenclavement sont les trois dossiers qui vont faire une différence sur le plan économique »,a confié M. Porlier au téléphone.

Selon Desjardins, la Côte-Nord souffre cruellement d’un manque d’employés spécialisés, notamment de soudeurs, de travailleurs forestiers et miniers. Les secteurs de la restauration et du tourisme font face également à une importante pénurie de personnel.

Le président de l’Assemblée des MRC croit que la main-d’œuvre innue pourrait faire partie de la solution, principalement parce que les moins de 25 ans représentent jusqu’à 50 % de la population de certaines communautés.

« Il va falloir avoir une stratégie sur plusieurs fronts, mais globale aussi », ajoute celui qui préconise la mise en place d’incitatifs fiscaux pour encourager les personnes retraitées à retourner au travail, que ce soit pour deux ou trois jours par semaine ou à temps complet. Il espère que le nouveau gouvernement caquiste se penchera là-dessus.

Achats en ligne

Oui, les problèmes de disponibilité de main-d’œuvre nuisent à la bonne santé des petites et moyennes entreprises, mais M. Porlier dit voir le phénomène des achats en ligne comme une autre épée de Damoclès.

« Ça nous rentre dedans beaucoup », assure-t-il, tout en rappelant que le magasinage sur Internet est international et que ce n’est malheureusement pas la Côte-Nord qui parviendra à renverser la situation. Cependant, il demeure confiant que des façons de faire peuvent être mises en place pour atténuer son impact.

Retour sur l’étude

Parmi les éléments émanant de l’étude de Desjardins, notons les 16 000 postes à pourvoir dans l’industrie minière au cours de la prochaine décennie, soit 30 % de la main-d’œuvre. Il y a aussi les 30 à 40 % des 250 employés de la papetière de Produits forestiers Résolu qui partiront à la retraite d’ici trois à quatre ans.

La difficulté des PME de rivaliser avec les salaires offerts par la grande entreprise est également soulevée, ce qui vient accroître leurs difficultés de recrutement et de rétention.

Partager cet article