Baie-Comeau appuie Apuiat

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Baie-Comeau appuie Apuiat
La Ville de Baie-Comeau appuie le projet éolien Apuiat au nord de Port-Cartier. Photo courtoisie

Baie-Comeau – Baie-Comeau appuie le projet éolien Apuiat, dans le secteur de Port-Cartier. Elle l’a confirmé dans une résolution adoptée récemment par ses élus.

D’ici peu de temps les municipalités de la Côte-Nord devraient faire front commun à ce sujet, à l’invitation de la MRC de Sept-Rivières. « C’est un projet qu’il faut regarder Côte-Nord. On le fait ensemble », a expliqué le maire Yves Montigny, la semaine dernière, en séance du conseil municipal.

M. Montigny espère que le nouveau premier ministre du Québec, François Legault, réévaluera son opinion sur le dossier, lui qui, au cours des derniers mois, s’y était opposé.

« On espère que maintenant qu’il est premier ministre, il va prendre connaissance davantage de ce dossier-là », a souligné le premier magistrat de Baie-Comeau.

En s’appropriant davantage les tenants et les aboutissants du projet, M. Montigny espère un changement de cap de la part de M. Legault.

Le projet Apuiat est important pour l’économie de la région et pour les communautés autochtones, avec lesquelles les municipalités travaillent en complicité, a insisté le maire.

« Il faut qu’il (François Legault) tienne compte de la spécificité de la Côte-Nord. Ce qui m’inquiète, c’est que le gouvernement du Québec ne tienne pas compte de ça », a martelé M. Montigny. Selon lui, l’énergie qui serait produite par les éoliennes de la Côte-Nord aurait déjà trouvé preneurs, même à un tarif plus élevé. Le maire invite le premier ministre à venir s’asseoir avec les gens de la Côte-Nord, car il s’agit d’un projet porteur d’emploi, rappelle-t-il.

Audiences de la Régie

Par ailleurs, le maire et quelques représentants de la Ville de Baie-Comeau se préparent en vue des prochaines audiences de la Régie de l’énergie, qui s’amorceront à la fin du mois d’octobre, à propos de la fixation de tarifs et conditions de service pour l’usage cryptographique appliqué aux chaînes de blocs.

« La Ville de Baie-Comeau a des choses à revendiquer spécifiquement à la Régie de l’énergie », souligne le maire Montigny, en faisant notamment référence à l’insuffisance du bloc de 500 mégawatts (MW) rendu disponible au Québec pour les projets du secteur électro-intensif.

D’ailleurs, selon M. Montigny, il n’est même plus question de 500, mais bien de 300 MW puisque l’organisme a soustrait l’équivalent de l’énergie disponible dans les réseaux électriques propriété de municipalités, dont celui de Baie-Comeau.

On se souviendra que chez nous, les 15 MW libres ont été accordés au futur centre de traitement de données de GPU.ONE, dont les travaux d’aménagement se poursuivent dans un bâtiment que l’entreprise a acquis sur la rue William-Dobell.

Fait à noter, dans une entrevue accordée au Journal de Québec la semaine dernière, le président-directeur général d’Hydro-Québec, Éric Martel, indiquait au sujet des promoteurs du secteur de l’électro-intensif qu’il est « évident que l’on préfère vendre nos surplus d’électricité à cette industrie plutôt que de déverser de l’eau de nos barrages ».

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des