Cinoche prend son envol : un pur bonheur pour Pierre-Luc Brillant

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Cinoche prend son envol : un pur bonheur pour Pierre-Luc Brillant
Président d'honneur du Festival du film international de Baie-Comeau, Pierre-Luc Brillant dit saisir toutes les occasions possibles pour aller parler de cinéma avec les gens. Photo Le Manic

Baie-Comeau – Ça y est. La 31e édition du Festival du film international de Baie-Comeau, Cinoche, a pris son envol pour 10 jours intenses de cinéma qui seront courus par des milliers de cinéphiles avides d’heureuses découvertes et de moments tout en émotions.

Après la cérémonie d’ouverture officielle de jeudi soir, les premières projections de films viennent de s’amorcer dans les salles du Ciné-Centre de Baie-Comeau. La disparition des lucioles, du réalisateur Sébastien Pilote et dans lequel joue le président d’honneur du festival, Pierre-Luc Brillant, en fait partie.

En entrevue avec Le Manic, le comédien et musicien a confié son grand bonheur de participer à des festivals de cinéma comme celui de Baie-Comeau. « Dès que j’ai une chance de pouvoir aller parler du cinéma et d’entrer en contact avec les gens pour justement que notre cinématographie puisse s’épanouir le plus possible, dès que j’ai une occasion, je le fais, que ce soit ici ou en Europe ou n’importe où », a-t-il souligné.

Aller à la rencontre des gens offre également aux comédiens et aux réalisateurs, d’après lui, la possibilité  de voir comment les films sont perçus. « La disparition des lucioles, j’ai hâte de voir la réaction parce que c’est un film qui se passe à peu près dans le même univers que Baie-Comeau. C’est au Saguenay, dans le cas du film, c’est une ville mono-industrielle, même si Baie-Comeau n’est pas tout à fait mono-industrielle », a ajouté celui qui en est à sa deuxième expérience comme président d’honneur d’un festival en 28 ans de carrière au cinéma.

En effet, il y a 22 ans, il a reçu le même honneur lors du Carrousel international du film de Rimouski. À l’époque, Pierre-Luc Brillant jouait passablement dans les productions pour les enfants.

Perdurer

Ce qui fascine l’acteur, c’est de réaliser jusqu’à quel point l’impact de certains films perdure. « Un film comme C.R.A.Z.Y. (2005), je m’en fais parler encore ». À Montréal, il se fait aussi interpeller beaucoup par de jeunes itinérants qui lui parlent du film La Run (2011), qui traite du milieu de la drogue. Le long métrage est pourtant resté à peine une semaine sur grand écran, a-t-il dit.

Le gros problème du cinéma québécois demeure sa distribution et c’est également le cas sur les plateformes numériques où de nombreux films restent inaccessibles. « Si on peut, à travers un festival, faire rencontrer le public avec notre cinéma national le plus possible, ce sera déjà ça, et en plus sur grand écran, car le cinéma est fait pour le grand écran et non pas pour le petit écran. C’est une grande chance pour une ville comme Baie-Comeau qu’on ait accès à ces films-là », a-t-il assuré.

Selon lui, plus de festivals et d’événements liés au monde du cinéma il y aura et plus le cinéma sera en santé. Il est aussi d’avis que plus de gens verront des films et plus la distribution sera facile à l’avenir. Il fait ici davantage référence aux films indépendants qui représentent autour de 80 % du cinéma au Québec, a-t-il avancé.

Album en préparation

Pierre-Luc Brillant mène également une belle carrière dans le monde de la musique. Avec sa compagne de vie, la comédienne et chanteuse Isabelle Blais, il poursuit l’enregistrement d’un deuxième album, dont la sortie est prévue le 21 mars.

Leur premier album, Comme dans un film, lancé en octobre 2016, a précédé une tournée qui les a amenés dans une soixantaine de villes, notamment à Port-Cartier grâce au Réseau des organisateurs de spectacles de l’Est du Québec (ROSEQ).

« On va recommencer les tournées l’automne prochain », a-t-il noté en faisant référence à l’après-sortie de son nouvel album. Cependant, d’ici là, une tournée de festivals en Europe est prévue à l’été pour le couple et les trois musiciens du groupe.

Concernant la télévision, Pierre-Luc Brillant n’a pas de projet pour le moment. Il vient tout de même de participer à une émission de la série Les Invisibles. Celui qu’on a suivi pendant quatre ans sous les traits du Dr Olivier-Luc Laveaux, dans la série Au secours de Béatrice, prend ça comme ça vient.

Son rôle principal dans la série aura été marquant. Jamais auparavant le petit écran ne lui avait-il permis de jouer un personnage aussi fort. « C’était un super rôle », a-t-il conclu.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des