Micoua-Saguenay – Le BAPE se penche sur le projet de ligne à 735 kV

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Micoua-Saguenay – Le BAPE se penche sur le projet de ligne à 735 kV
Le BAPE se penche sur le projet de ligne de transport d’électricité entre les postes Micoua et Saguenay. Photo courtoisie

Baie-Comeau – Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) amorce ses travaux sur le projet d’Hydro-Québec de construire une ligne à 735 kV pour relier les postes Micoua et Saguenay à un coût totalisant 690,6 M$.

La première partie du mandat de la commission d’enquête présidée par Denis Bergeron se déroulera en deux temps. Elle s’est amorcée le 21 janvier, à l’Hôtel Delta à Jonquière, et se poursuivra ce jeudi 24 janvier, à la salle des Chevaliers de Colomb de la rue Roméo-Vézina à Baie-Comeau. L’audience commencera à 19 h.

Cette étape vise à permettre à la population et à la commission de s’informer sur le projet et de poser des questions à son initiateur et à des personnes-ressources.

À compter du 25 février, la deuxième partie des travaux commencera. La commission recueillera alors l’opinion et les suggestions du public, que ce soit sous forme de mémoire ou de présentation verbale.

Une fois cette étape remplie, le BAPE remettra son rapport au plus tard le 20 mai au ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoît Charrette.

Sécuriser son réseau

Hydro-Québec TransÉnergie veut construire une ligne de 735 kV d’une longueur de 262 km entre les postes Micoua, sur la Côte-Nord, et Saguenay, situé plus précisément à Jonquière. Son projet, défend-elle depuis le début, vise à sécuriser son réseau de transport et à faire face, notamment, à la baisse de la demande provenant de la Côte-Nord ces dernières années.

Sur environ la moitié de sa longueur, la nouvelle ligne emprunterait une ligne à 735 kV déjà existante. Il est question de terres publiques sur 88 % de son tracé.

Déboisement sur une superficie de 1 589 hectares, installation de 591 pylônes, dont 14 en milieu humide, et empiétement de la ligne sur environ 24 km de terres agricoles protégées font partie des impacts anticipés. À cela, il faut ajouter l’acquisition nécessaire de 13 résidences et de droits de servitude sur 84 terrains privés. Il y a aussi un chalet et un abri sommaire avec bail à déplacer, tout comme un campement autochtone appartenant à la communauté de Pessamit.

Les travaux de construction de la nouvelle ligne entraîneraient la construction d’un camp pour 400 travailleurs à proximité d’un camp déjà existant à Labrieville. Le poste Saguenay devrait aussi être agrandi.

Fait à noter, du coût total de 690,6 M$ projeté pour la réalisation du projet, un montant de 632,3 M$ concerne la ligne comme telle, tandis que 20,4 M$ sont liés à l’ajout d’équipements au poste Micoua et 37,9 M$ à l’agrandissement et l’ajout d’équipements au poste Saguenay. Les travaux sont censés s’amorcer à l’automne 2019 pour se terminer à l’été 2022.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des