Port et rail au menu du ministre Champagne

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
Port et rail au menu du ministre Champagne
Le maire Yves Montigny et le ministre canadien de l'Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, lors du passage de ce dernier à Baie-Comeau jeudi. Photo Le Manic

Baie-Comeau – Après son passage à Baie-Comeau jeudi, le ministre fédéral François-Philippe Champagne est reparti avec une épaisse pile de dossiers sous le bras, gracieuseté du maire Yves Montigny.

La cession du port, un dossier dans l’air depuis plusieurs années, a évidemment été évoquée par les deux hommes. Le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités a souligné que la discussion sur ce point avance, « mais il y rarement des solutions simples à des problèmes plus complexes. Il faut voir comment on peut remettre à niveau les quais avec les programmes fédéraux qui existent ». On se souviendra que le milieu exige des travaux avoisinant les 40 M$ avant une éventuelle cession.

Le ministre a également été sensibilisé au dossier de QcRail, un projet de voie ferrée de 370 kilomètres entre Baie-Comeau et Dolbeau qui permettrait de relier la Côte-Nord à l’ouest canadien par rail. « QcRail, je vois le potentiel », a déclaré M. Champagne, qui considère ce projet et celui du port « dans un contexte de développement économique à long terme ».

« On a de l’écoute d’Ottawa comme on n’en a pas eu depuis des années. Je n’ai pas de souvenir comment les politiciens fédéraux s’occupent de notre région et notre développement économique comme c’est le cas actuellement », a clamé le maire.

Yves Montigny a aussi argumenté sur le développement du parc industriel régional Jean-Noël-Tessier, principalement sur les terrains à grand gabarit. « J’ai senti que ça a été bien compris par le ministre Champagne », a-t-il fait valoir.

Lors de sa rencontre, le maire de Baie-Comeau a aussi abordé la possibilité de prolonger la voie ferrée actuelle entre le port et le parc industriel au-delà des installations de SOPOR, où elle prend fin présentement. Il voudrait notamment la faire poursuivre plus au nord, jusqu’à Manic-2. « Ce dossier en est à ses premiers pas, mais c’est vraiment une volonté de notre part », a-t-il lancé.

Avant de quitter la Côte-Nord, le ministre s’est arrêté à l’aéroport de Baie-Comeau pour constater de visu les récents investissements fédéraux de 6,4 M$ pour la réfection de la piste et des voies de circulation des avions.

Plus de détails à venir

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des