Ligne à 735 kV : Hydro se dit surpris du mémoire de la région

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
Ligne à 735 kV : Hydro se dit surpris du mémoire de la région
Martine Lapierre, conseillère en relations avec le milieu chez Hydro-Québec région Manicouagan. Photo archives Le Manic

Baie-Comeau – Chez Hydro-Québec région Manicouagan, on s’étonne de lire que les MRC et les organismes de développement économique de la Côte-Nord ont plusieurs bémols en lien avec le projet de ligne de 735 kilovolts entre les postes Micoua et Saguenay.

« Quand on entend qu’il y a une forte opposition sur la Côte-Nord, on est surpris. Pourtant, la majorité des gens semble accepter ce projet et son tracé », de lancer la conseillère en relations avec le milieu, Martine Lapierre.

« On l’a précisé à maintes reprises, (le projet) ne diminuera pas la capacité de la Côte-Nord. On veut avant tout maintenir la fiabilité du réseau et ça ne diminue en rien la capacité d’Hydro-Québec de raccorder des projets sur la Côte-Nord », a-t-elle ajouté.

Mme Lapierre a assuré que la société d’État a bien entendu les demandes des MRC et a déjà rencontré les deux MRC directement concernés par ce projet de près de 700 M$, celles de Manicouagan et de La Haute-Côte-Nord. Elle convient qu’il y a « des attentes » en matière de retombées en région.

« On leur a dit avant les Fêtes qu’on allait former un comité d’échange spécifique sur le projet de ligne. On attendait d’avoir une stratégie de construction plus fine avant la première rencontre, prévue pour la mi-mars. On est vraiment soucieux de favoriser les retombées économiques régionales », a-t-elle soutenu en soulignant qu’Hydro « a déjà réaffirmé à (Innovation et développement Manicouagan) le comité d’échange et notre volonté de maximiser les retombées ».

Sa collègue Cathy Hamel a renchéri en déclarant qu’Hydro-Québec se préoccupe aussi des attentes en ce qui concerne le développement du réseau local de distribution électrique et qu’une rencontre en ce sens aura lieu bientôt avec la Ville de Baie-Comeau qui, rappelons-le, veut attirer des entreprises énergivores sur son territoire.

« Mais dans ce projet, ce qui est important de retenir, c’est qu’il ne nuira en rien au développement de projets économiques sur la Côte-Nord », a conclu Mme Hamel.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des