Le Drakkar a eu très chaud

Photo de Sandro Célant
Par Sandro Célant
Le Drakkar a eu très chaud
Même s'il n'a pas marqué sur la séquence, le vétéran Sacha Roy (troisième étoile du match) a l'un des meilleurs joueurs de son équipe dans cette victoire in extremis de 2-1 sur les Remparts de Québec. Photo Denis Thibault

Baie-Comeau – Le Drakkar a eu chaud, très chaud, mercredi soir, quand il a eu besoin de tout son petit change pour venir à bout des Remparts de Québec par le pointage de 2-1 en prolongation.

Confrontés à des adversaires privés de leurs trois vétérans de 20 ans et de leur meilleur marqueur Philipp Kurashev, les membres de l’équipage ont bien failli se brûler et échapper leur position de tête au classement de la conférence de l’Est.

Accusant un recul de 1-0 après 40 minutes de jeu, les locaux sont finalement parvenus à tromper la vigilance du gardien de but Kyle Jessiman (36 arrêts), première étoile du match, qui a multiplié les prouesses face à son ancienne équipe.

Le capitaine Gabriel Fortier a soulevé la foule (1 818 amateurs) du centre Henry-Leonard quand son tir parfait dans la partie supérieure n’a donné aucune chance au numéro 39 des Remparts.

La prolongation

La prolongation a été nécessaire. Les vikings du navire se sont montrés les plus menaçants, mais Jessiman a fait durer le suspense avec des arrêts acrobatiques pour garder son club dans la partie.

Le vétéran Shawn Element a finalement tranché le débat, à la troisième minute de jeu de la quatrième période, quand il a inscrit son 17e filet de la campagne, qui a soulagé beaucoup de monde dans l’entourage baie-comois. Grâce à ce 48e triomphe de la saison, le Drakkar atteint le plateau des 100 points pour la deuxième fois de son histoire.

« Les joueurs avaient bien débuté le match, mais les punitions ont ensuite cassé le rythme. On en avait parlé en matinée. Il fallait faire preuve de discipline et l’objectif n’a pas été atteint. Le seul bon côté, c’est que notre désavantage numérique a fait le travail », a commenté le pilote Martin Bernard.

Conscient que ses hommes n’ont pas toujours fait preuve de conviction, l’entraîneur-chef a quand même apprécié l’effort soutenu de sa troupe dans la dernière portion de la rencontre.

« Ça n’a pas été facile, mais les joueurs n’ont pas arrêté de travailler. La leçon à retenir de ce match, c’est qu’il faut continuer de croire en nous et garder le focus sur notre plan de match », a ajouté le dirigeant ravi de l’arrivée de Mario Marois et de sa vaste expérience au sein de son équipage.

En vitesse

Profitant de la mollesse du défenseur Keenan MacIsaac en début de rencontre, l’attaquant Thomas Caron a vite donné les devants aux visiteurs, en première période, quand il a déjoué le gardien de but Alex D’Orio d’un tir vif dans la lucarne…Confronté à seulement 19 tirs, le cerbère du Drakkar a quand même réalisé des arrêts clés en fin de troisième période…Toujours en avance par un point sur les Mooseheads d’Halifax, victorieux contre Moncton, le Drakkar jouera son prochain match, vendredi, lorsqu’il recevra la visite de l’Océanic de Rimouski.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des