Les Wildcats éliminent le Drakkar

Photo de Sandro Célant
Par Sandro Célant
Les Wildcats éliminent le Drakkar
Le Drakkar a vu sa saison prendre fin abruptement, mardi soir, quand il s'est incliné 3-2 dans le septième match de sa série huitième de finale face aux Wildcats de Moncton. Photo Denis Thibault

Baie-Comeau – Les Wildcats de Moncton ont vraiment gâché la fête, mardi soir, quand ils ont éliminé le Drakkar grâce à une victoire de 3-2 devant 2 008 spectateurs réunis au centre Henry-Leonard.

Inspirés par leur triomphe de la veille, les visiteurs du Nouveau-Brunswick ont poursuivi sur leur lancée et ont complètement renversé la vapeur face aux Baie-Comois.

Grâce à cette troisième conquête de suite à l’étranger, les hommes de John Torchetti ont comblé un recul de 3-2 pour ainsi s’approprier les grands honneurs de cette série huitième de finale en sept parties.

Les Wildcats n’ont pas mis de temps à afficher leurs couleurs quand Jeremy McKenna a ouvert la marque à la quatrième minute en faisant habilement dévier un tir pour donner les devants aux siens.

Encore Leclerc

Les locaux ont vite tenté de revenir en force, mais le gardien de but Francis Leclerc (36 arrêts), le héros incontesté de cette série, a poursuivi son excellence devant le filet en se montrant très alerte à plusieurs reprises.

L’attaquant Jacob Stewart a porté un dur coup au Drakkar, en deuxième période, quand il a surpris le gardien Alex D’Orio d’un tir précis dans la partie supérieure pour doubler l’avance des siens.

L’attaquant Nathan Légaré est toutefois revenu à la charge, 46 secondes plus tard, pour réduire l’écart à 2-1 avec son troisième filet des séries. Les locaux ont ensuite connu un regain de vie en bourdonnant à plusieurs reprises autour du filet ennemi sans être en mesure d’en profiter.

Opportunistes

Très opportunistes, les patineurs des Maritimes ont capitalisé sur une de leurs rares occasions quand le vétéran Mika Cyr a redonné une priorité de deux buts aux vainqueurs. Le numéro 24 a déjoué Alex D’Orio qui, contrairement à son vis-à-vis, n’a pas été en mesure de réaliser les arrêts clés.

Les membres de l’équipage ont tout essayé au dernier tiers. Le capitaine Gabriel Fortier a même porté la marque à 3-2 avec 36 secondes à écouler, mais ce fut trop peu trop tard pour les hommes de Martin Bernard, qui ont bousillé une priorité de 3-2 dans cette confrontation.

« Le résultat est très décevant. Nous avons mis trois ans à bâtir ce club et ce n’est pas de cette façon que nous voulions terminer », a commenté le pilote Martin Bernard encore secoué par cette élimination rapide.

Confiance

L’entraîneur-chef avait pourtant confiance. « Les joueurs étaient bien concentrés et croyaient à leurs chances. L’histoire de cette série se résume toutefois à un manque d’opportunisme en attaque. Nous n’avons pas été en mesure de compléter nos jeux et, eux l’ont fait de l’autre côté. »

Sélectionné comme la première étoile dans les quatre parties qu’il a disputées au centre Henry-Leonard, le gardien de but Francis Leclerc a littéralement volé ses anciens coéquipiers.

« Encore une fois, il y avait beaucoup d’émotion et je suis un gardien très émotif devant le filet. J’aime ce genre de situation et, malgré la foule bruyante, je me sentais très à l’aise. Les gars ont très bien joué devant moi. C’est dommage, parce que j’ai des amis chez le Drakkar, mais nous étions ici pour gagner la série », a résumé le vétéran cerbère de 20 ans.

En vitesse

Cette défaite amère sème évidemment une onde de choc chez le Drakkar qui, après avoir connu l’une des meilleures campagnes de son histoire avec 102 points au classement, s’effondre en première ronde des séries éliminatoires…Le bilan de fin de saison et l’impact d’une telle défaite seront lourds chez les Baie-Comois, qui ont failli à la tâche devant leurs partisans.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des