Sept conducteurs se font pincer sans ceinture de sécurité

Par Charlotte Paquet 10:48 AM - 03 avril 2019
Temps de lecture :

Des policiers et le lieutenant de Contrôle routier Québec sur la Côte-Nord sont à bord d’un autobus scolaire pour observer le comportement des usagers de la route. Photo Le Manic

Baie-Comeau – L’opération policière pour le port de la ceinture de sécurité menée à Baie-Comeau dans l’avant-midi du mercredi 3 avril, en collaboration avec le service de Contrôle routier, s’est finalement soldée par l’émission de sept constats d’infraction.

À bord d’un autobus scolaire, des policiers et une contrôleure ont passé quatre heures à observer le comportement des conducteurs et de leurs passagers.

Des patrouilleurs au volant de véhicules intercepteurs, banalisés ou non, ont emprunté le trajet de l’autobus afin d’être prêt à intervenir au cas où.

Dans le milieu de l’avant-midi, deux véhicules lourds et un véhicule de promenade avaient été interceptés. Toutefois, après vérification, le conducteur d’un camion-citerne appartenant à un service d’incendie n’était aucunement en défaut puisque sa ceinture était bien attachée à la taille, ce qui était légal en raison de l’âge du véhicule.

Porte-parole de la Sûreté du Québec, le sergent Hugues Beaulieu se réjouit du peu de constats émis pendant l’opération de visibilité qui, dit-il, demeure un bon moyen de faire de la prévention. « On le sait, c’est (le non-port) une des premières causes de mortalité lors d’accidents », souligne-t-il.

« On était à bord d’un autobus scolaire. Donc, on était invisibles aux gens jusqu’à ce qu’on les intercepte. L’objectif, c’est de laisser une trace indélébile dans l’esprit des gens qu’on peut être n’importe, au coin de la rue ou ailleurs », ajoute le sergent Beaulieu.

Les plus récalcitrants

Les hommes entre 25 et 49 ans sont les plus nombreux à être impliqués dans collisions sans porter leur ceinture de sécurité, ce qui augmentent les risques de blessures graves ou de décès.

Le sergent Beaulieu rappelle que dans une zone de 50 km à l’heure, lors d’une collision, le poids d’une personne est multiplié par 20. « C’est vraiment important pour tous les occupants que tout le monde s’attache, sinon vous devenez un danger pour la personne assise à côté de vous ou devant vous », prévient-il.

Fait à noter, l’occupant d’un véhicule qui omet de boucler sa ceinture reçoit une amende variant de 200 à 300 $ et accuse une perte de 3 points d’inaptitude. Dans le cas de l’utilisation du cellulaire, le code de la sécurité routière prévoit la perte de 5 points et une amende de près de 500 $.

Contrôle routier

Selon Katy Beaulieu, lieutenant du bureau de la Côte-Nord du Contrôle routier sur la Côte-Nord, les statistiques démontrent que 34 % des conducteurs de véhicules lourds impliqués dans des accidents mortels ne portent pas leur ceinture de sécurité. C’est plus élevé que du côté des véhicules de promenade.

« Pour nous au Contrôle routier, c’est une priorité organisationnelle de faire des opérations ceinture de sécurité, texto et cellulaire au volant. On en constate quelques-uns. Je vous dirais que ce n’est pas la majorité heureusement », indique-t-elle.

Mme Beaulieu rappelle qu’il faut beaucoup de temps à un camion lourd pour s’arrêter ou faire une manœuvre, d’où l’importance que toute l’attention du conducteur soit sur la route et non sur un cellulaire. Les yeux qui baissent, le hochement de la tête et le mouvement des mains sont des signes qui peuvent présager que le conducteur utilise son cellulaire, explique-t-elle.

Partager cet article