Camionneur tué par un pneu éclaté : la CNESST dévoile son rapport d’enquête

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
Camionneur tué par un pneu éclaté : la CNESST dévoile son rapport d’enquête

Baie-Comeau – La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a dévoilé mardi les conclusions de son enquête sur l’accident de travail qui a coûté la vie à un camionneur, Gilbert Jacques, en septembre 2018 à Baie-Comeau.

Le 12 septembre 2018, M. Jacques travaillait dans l’atelier mécanique de son employeur, Transport S. Hallé et filles, afin de réparer une roue qui, la veille, avait été endommagée par un incendie. Il a donc enlevé le pneu de la jante, retiré les débris, remplacé les freins et les roulements à billes et remonté le pneu sur la jante.

C’est lors de l’opération de gonflage du pneu que le drame s’est produit. Le pneu s’est déjanté et M. Jacques a été frappé puis projeté au sol. À l’hôpital Le Royer, où il a été transporté, on n’a pu que constater son décès.

Selon la CNESST, trois causes expliquent cet accident de travail mortel. D’abord, la surchauffe du tambour de frein et l’incendie du pneu ont déformé la jante d’aluminium. Ensuite, l’utilisation d’une jante déformée et l’absence d’un dispositif de retenue empêchant la projection de la roue lors du déjantage mécanique ont conduit aux conditions ayant entraîné l’accident.

Finalement, « l’absence de règles de sécurité et de formation en matière d’installation et de gonflage de pneus expose le travailleur au danger d’être percuté par une pièce projetée », ajoute l’organisme dans son rapport.

Plus de gonflage

La CNESST a exigé de l’employeur qu’il suspende les travaux de gonflage de pneus de véhicules de 4 500 kilogrammes et plus « puisqu’il ne dispose d’aucun dispositif de retenue empêchant la projection des composants de la roue ».

La commission a aussi exigé de Transport S. Hallé et filles la rédaction d’une procédure relative au gonflage des pneus et à l’utilisation sécuritaire de la cage de retenue. Dans les deux cas, l’employeur s’est conformé à ces exigences.

Du même souffle, l’organisme recommande de retirer immédiatement de la circulation tout jante exposée à une chaleur excessive, d’établir une procédure de travail sécuritaire pour l’entretien des roues à jante et d’utiliser un dispositif de retenue pour empêcher la projection des composants de roues.

La CNESST transmettra les conclusions de son enquête aux diverses associations de camionnage et de transport de marchandises, ainsi que fournisseurs et aux installateurs de pneus de véhicules lourds.

Le rapport d’enquête sera aussi diffusé dans les établissements de formation offrant le programme d’études Transport par camion, pour sensibiliser les futurs travailleurs.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des