Négociations : les travailleurs d’Alcoa manifestent

Par Charlotte Paquet 2:04 PM - 09 mai 2019
Temps de lecture :

De nombreux travailleurs d’Alcoa ont manifesté dans le stationnement de l’usine, jeudi midi, dans le cadre des négociations en cours pour le renouvellement de leur convention collective. Photos le Manic

Baie-Comeau – À trois semaines de l’échéance de leur convention collective, plus de 150 travailleurs de l’aluminerie Alcoa de Baie-Comeau ont pris part à une manifestation, jeudi midi, afin de faire pression sur leur employeur dans le cadre des négociations en cours.

Le président du Syndicat national de l’aluminium de Baie-Comeau (CSN), Michel Desbiens, s’est adressé à ses membres en les assurant que le mandat qu’ils ont donné au comité de négociation en assemblée générale sera respecté.

Trois thèmes sont cruciaux. Dans un premier temps, il y a la durée de la prochaine convention. « Pas question qu’on ait un contrat de courte durée. On veut un contrat de longue durée », a lancé le président.

Ensuite, le nouveau modèle de régime de retraite souhaité par l’employeur a été abordé. « Pour qu’on regarde pour changer le régime de retraite, il va falloir que le régime commence le plus loin possible. Pas question que ça commence en 2020 », a martelé M. Desbiens.

Enfin, comme troisième enjeu, le syndicaliste a clairement indiqué que l’employeur devra ouvrir ses goussets pour parvenir à un règlement d’ici le 31 mai. « Ça prend du cash. On veut avoir les sommes nécessaires. Va falloir qu’il crache le cash. »

Réglée à 85 %

Depuis les premiers pourparlers le 7 février, les parties syndicale et patronale sont parvenues à s’entendre sur 85 % de la convention. Les négociations sur les clauses monétaires sont commencées depuis peu. Jeudi matin, le régime de pension était à l’ordre du jour.

En terminant son discours du midi, le président a averti son monde de se tenir prêts à toute éventualité. « Après-midi, on retourne à la table de négociation. Tenez-vous proches, ça s’peut qu’on vous rappelle. Les trois conditions ne sont pas négociables », a-t-il conclu sous un tonnerre d’applaudissements. Fait à noter, il a refusé d’élaborer sur quoi que ce soit avec Le Manic afin de ne pas nuire aux négociations.

Rappelons que l’actuelle convention, signée en 2011, était assortie d’une renégociation des clauses salariales en 2015. Dans le passé, les ententes de principe paraphées l’ont été la plupart du temps une semaine avant l’échéance de la convention.

Le Syndicat national des employés de l’aluminium de Baie-Comeau compte quelque 700 membres.

 

 

Partager cet article