Matières résiduelles dans le TNO : la MRC reporte le service de dépôt

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
Matières résiduelles dans le TNO : la MRC reporte le service de dépôt
Afin de contribuer à mettre fin aux dépotoirs clandestins, comme celui-ci près du lac Paradis, nettoyé en 2018, la MRC de Manicouagan installera des sites de dépôt de matières résiduelles sur le territoire non organisé. L’implantation de ces sites est toutefois reportée en janvier 2020. (Photo : archives Le Manic)

Baie-Comeau – Devant la relative complexité du dossier et les coûts qui y sont rattachés, la MRC de Manicouagan a décidé de repousser de quelques mois l’implantation du service de dépôt des matières résiduelles sur le territoire non organisé (TNO) de la Rivière-aux-Outardes.

Le début du projet du service de dépôt, initialement prévu en juin prochain, est pour l’instant repoussé à janvier 2020.

« Il y a deux ou trois problématiques qui nous amènent à reporter cette date », a souligné le préfet de la MRC, Marcel Furlong. « La principale est la question de l’implantation des sites de dépôt. Ça prend des autorisations du ministère des Ressources naturelles et on ne les a pas encore obtenues. »

Le second élément est que la MRC s’est rendue compte, en cours de projet, que les coûts d’implantation de ce service, destiné aux résidents et aux villégiateurs du TNO, étaient plus élevés que prévu. « On cherche une solution moins dispendieuse », a confié M. Furlong.

Ce dernier a également indiqué qu’une implantation du service de dépôt dès juin ferait en sorte d’expédier un second compte de taxes aux propriétaires établis sur le TNO, « ce qui apporterait là aussi des coûts supplémentaires à la MRC », a-t-il ajouté. En démarrant ce service en janvier, tout sera inclus sur le prochain compte de taxes.

Marcel Furlong ne croit pas qu’un report de l’entrée en fonction du dépôt de matières résiduelles va augmenter la présence de dépotoirs sauvages sur le territoire non organisé. « Oui, il y en a déjà eu (des dépotoirs clandestins), mais on en a beaucoup moins aujourd’hui », a conclu le préfet de la MRC de Manicouagan.

En plus de répondre à un besoin identifié lors d’un sondage réalisé en 2016, la mise en place de dépôts de matières résiduelles répond aux exigences de la Loi sur la qualité de l’environnement.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des