Les employés de la RGMRM signent une première convention

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
Les employés de la RGMRM signent une première convention
À l’avant, on retrouve la déléguée syndicale Marlène Morin et le président de la RGMRM, Yoland Émond. Ils sont accompagnés de l’administrateur Jean-Yves Bouffard, de la directrice générale de l’organisme, Isabelle Giasson, du délégué syndical Jean-Claude Deschênes et de la responsable régionale du SCFP, Charlaine Sirois. Photo courtoisie

Baie-Comeau – Les 18 travailleurs syndiqués de la Régie de gestion des matières résiduelles de Manicouagan (RGMRM) viennent de signer leur toute première convention collective, d’une durée de cinq ans. Le contrat de travail est rétroactif au 14 septembre 2018.

L’entente prévoit une indexation salariale de 2,1 % par année pour la durée du contrat, un horaire de travail flexible pour le personnel affecté aux opérations et un autre pour le personnel administratif ainsi que l’amélioration générale des conditions de travail, notamment pour les retraites. De plus, les étudiants qui travailleront à la Régie recevront un salaire minimum de 15 $ l’heure.

Les employés de la RGMRM œuvrent dans l’administration de l’organisme, au site d’enfouissement, au site de collecte des matières résiduelles et au magasin de réemploi.

« Les négociations se sont déroulées dans un respect mutuel et avec une volonté partagée de conclure un premier contrat de travail tenant compte des besoins des deux parties », a souligné le président de la RGMRM, Yoland Émond, dans un communiqué de l’organisme. « Ainsi, nous assurons le maintien de la qualité du service offert à la population tout en favorisant la rétention de la main-d’œuvre et le contrôle des coûts. »

Le syndicat partage l’analyse de la partie patronale. « Un contrat qui prend en compte non seulement les besoins de la Régie, mais aussi des salariés », de faire valoir la conseillère syndicale au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), Charlaine Sirois. « Nous avions tous gardé à l’esprit que de bonnes conditions de travail contribuent à une bonne santé économique dans notre région », a-t-elle ajouté.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des