Caisse de Hauterive : du fumier de mouton comme symbole

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Caisse de Hauterive : du fumier de mouton comme symbole
La présidente Chantale Vaillancourt est entourée de David Bergeron-Cyr et Guillaume Tremblay devant les portes de la Caisse populaire Desjardins de Hauterive, dont l'accès a été bloqué à l'aide de poches de fumier de mouton. Photos Le Manic

Baie-Comeau – Les moyens de pression des travailleurs en grève de la Caisse populaire Desjardins de Hauterive ont monté d’un cran mardi matin avec la livraison de poches de fumier de mouton à leur employeur dans un geste purement symbolique.

« Nous avons livré environ 600 livres de fumier de mouton à notre employeur en guise d’appréciation de son attitude générale à notre égard », a souligné la présidente du syndicat, Chantale Vaillancourt, entourée du président du Conseil central Côte-Nord de la CSN, Guillaume Tremblay, et du président de la Fédération du commerce de la CSN, David Bergeron-Cyr.

Ce dépôt effectué devant les portes de la caisse, de manière à en bloquer l’accès, vise passer un deuxième message : « Nous ne sommes pas des moutons et nous souhaitons un retour rapide et fertile à la table de négociation afin d’y faire germer un règlement négocié de bonne foi. »

La quarantaine d’employés de l’institution financière entame sa neuvième semaine de grève. Pour le moment, aucune date n’est fixée pour un retour à la table de négociation après les pourparlers du 6 juin. « Les gens ici sont tannés. On veut des dates. On veut négocier », a lancé Mme Vaillancourt, en soulignant la présence d’officiers du Syndicat national de l’aluminium de Baie-Comeau pour cette nouvelle sortie publique.

La présidente l’a répété encore une fois : le syndicat veut garder ses acquis négociés au fil de plusieurs décennies. Il souhaite un salaire décent pour ses membres. « Un et demi pour cent quand le coût de vie est à 2,2, ça ne marche pas. À la baisse, toujours à la baisse, il faut que ce soit gagnant-gagnant », a-t-elle clamé.

Un appel à la Fédération

Cette reprise des pourparlers, elle doit  se faire avec un mandat clair donné par la Fédération des caisses Desjardins à la direction de la caisse afin de régler le conflit, a pour sa part précisé M. Bergeron-Cyr, de passage à Baie-Comeau pour appuyer les grévistes.

Il en a profité pour revenir sur le geste symbolique lié au fumier de mouton en mentionnant que cette négociation-là sent mauvais. « Ça s’enlise, ça va très mal. Les gens qui sont ici ne sont pas des moutons. Il ne faut pas continuer à suivre comme ça, à ne rien faire et à sécher sur le bord du trottoir. »

Selon lui, les travailleurs sont prêts à mettre de l’eau dans leur vin, mais pas à n’importe quel prix.

Piquets de grève

L’importance du respect des piquets de grève par la population est revenue sur le tapis. « Quand il y a une ligne de piquetage, on ne traverse pas la ligne de piquetage parce que quand on la traverse, c’est à partir de ce moment-là qu’on étire le conflit », a martelé M. Tremblay.

« Il ne faut pas qu’on passe la ligne de piquetage, car c’est comme ça qu’on va forcer l’employeur à s’asseoir avec nous. On va être capables de négocier une convention collective et de se faire respecter », a-t-il ajouté.

Fait à noter, le 16 juillet marquera le deuxième anniversaire de l’échéance de la convention collective des travailleurs de la Caisse populaire Desjardins de Hauterive.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des