Décès à Saint-Augustin : l’autopsie a lieu aujourd’hui

Photo de Karine Lachance
Par Karine Lachance
Décès à Saint-Augustin : l’autopsie a lieu aujourd’hui
Le service de traversier par aéroglisseur est interrompu pour une période indéterminée. Les passagers sont transportés par hélicoptère pour le moment. Photo traversiers.com

À la suite du décès d’un employé de la Société des traversiers du Québec (STQ) le 28 juin à Saint-Augustin en Basse Côte-Nord, les autorités ignorent toujours la cause du décès et l’arrêt du service est maintenu. L’autopsie se déroule aujourd’hui mardi et les résultats sont attendus dans les prochaines semaines.

La Sûreté du Québec (SQ) et la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail(CNESST) enquêtent actuellement, afin de comprendre les causes du décès de l’homme qui était employé sur le traversier L’Esprit-de-Pakuashipi, assurant le lien entre Pakuashipi et Saint-Augustin. L’autopsie sur le corps du défunt pourrait permettre de faire avancer l’enquête.

«Pour l’instant on a rien de nouveau. On est toujours dans l’attente des résultats de l’autopsie sur la personne décédée, qui doit avoir lieu aujourd’hui», fait état Isabelle Raymond de la CNESST.

Une équipe multidisciplinaire a été dépêchée les lieux le samedi 29 juin, ce qui aurait permis d’écarter certaines hypothèses.

«On a eu certains résultats jusqu’à présent, qui sont tous négatifs. On poursuit l’enquête et à date, aucun lien avec quoi que ce soit n’a été démontré», soutient Alexandre Lavoie, responsable des communications à la STQ.

Le 28 juin, la STQ annonçait le décès d’un employé à la traverse de Saint-Augustin. Deux autres travailleurs ont présenté des malaises dans les jours qui ont suivi. Pour ces motifs, la STQ a suspendu ses services et le transport est actuellement assuré par hélicoptère.

«Il n’y a pas de moment prévu pour la reprise des services. Nous avons trois employés qui ont été affectés d’une manière ou une autre, dont un décès. De façon préventive, on a fermé nos installations le temps de l’enquête», ajoute M. Lavoie.

Le bâtiment de la traverse a été évacué et l’accès sur les lieux y est interdit.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des