Caisse pop : l’entente de principe entérinée à 97 %

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Caisse pop : l’entente de principe entérinée à 97 %
Guillaume Tremblay et Chantale Vaillancourt, respectivement président du Conseil central Côte-Nord de la CSN et présidente du syndicat des travailleurs de la Caisse populaire Desjardins de Hauterive, se réjouissent de la fin de la grève. Photo Le Manic

Baie-Comeau – Les quelque 40 membres du syndicat des travailleurs de la Caisse populaire Desjardins de Hauterive ont entériné à 97 %, mercredi, le contenu de l’entente de principe intervenue en présence du conciliateur.

Après 12 semaines d’une grève générale illimitée, précédées de journées de débrayage sporadiques sur une période de deux mois, les employés acceptent donc le renouvellement d’une convention collective d’une durée de cinq ans qui prendra fin le 31 décembre 2022 puisque la dernière est échue depuis deux ans déjà.

Le retour au travail officiel doit s’effectuer le mardi 16 juillet, quoique la caisse, elle, sera fermée les 12, 15 et 16 juillet en vue de la reprise du service aux membres le mercredi.

« On a pas mal gardé ce qu’on voulait, il y avait des choses à ne pas céder », souligne la présidente du syndicat, Chantale Vaillancourt. Elle parle notamment de la conciliation travail-famille et des vacances. Au chapitre de l’attribution de postes, les pourparlers ont permis d’atténuer les demandes premières de l’employeur.

Le président du Conseil central Côte-Nord de la CSN, Guillaume Tremblay, se réjouit aussi du règlement. « On est content du résultat, car on partait beaucoup de loin en lien avec le cahier de demandes de l’employeur qui était très très garni. (…) On a réussi à beaucoup atténuer les demandes. »

Les deux porte-paroles considèrent que les acquis obtenus au fil des négociations passées ont été préservés. Les concessions faites dans certains secteurs ont été compensées dans d’autres. « Quand on se compare à d’autres caisses, je pense qu’on est encore en tête du palmarès par rapport à nos conditions de travail », précise M. Tremblay.

Salaire et confidentialité

En matière d’augmentation salariale, c’est motus et bouche cousue. Le syndicat a accepté une clause de confidentialité réclamée par l’employeur, une clause rarissime dans pareilles circonstances.

Au cours des cinq années de la dernière convention collective, les travailleurs ont bénéficié de hausses de salaire moyennes annuelles de 2,5 %. Le syndicat réclamait la même chose pour la nouvelle convention, tandis que Desjardins offrait 1,5 % par année. Mme Vaillancourt reconnaît que le syndicat n’a pas obtenu l’aval à sa demande première.

Fin d’un long processus

À la direction générale de la caisse, Martin Beaulieu se dit très heureux de l’entente intervenue. Il concède que le processus a été long, mais précise aussi qu’aujourd’hui, « les employés sont contents de leur convention ».

M. Beaulieu souligne que pour la partie patronale, la flexibilité pour le service aux membres était l’élément clé de la nouvelle convention et qu’elle a réussi à marquer des points à ce chapitre. Selon lui, des ajouts permettront d’offrir plus de services aux membres dans les prochaines années.

 

 

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des