Une série de spectacles en août à l’Ouvre-boîte culturel – Le conteur Jérôme Bérubé s’amène avec Mâle en route

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Une série de spectacles en août à l’Ouvre-boîte culturel – Le conteur Jérôme Bérubé s’amène avec <i>Mâle en route</i>
Jérôme Bérubé offrira Mâle en route à l’Ouvre-boîte culturel du 7 au 17 août. (Photo : courtoisie)

Baie-Comeau – Jérôme Bérubé prépare son retour sur scène à Baie-Comeau, sa ville natale. Le conteur peaufine actuellement une série de spectacles d’été qu’il présentera à l’Ouvre-Boîte culturel en août.

L’artiste de 34 ans, dont la dernière prestation à Baie-Comeau remonte à environ deux ans à la microbrasserie St-Pancrace, offrira Mâle en route du mercredi au samedi du 7 au 17 août. La semaine dernière, il était à l’Ouvre-Boîte culturel pour travailler ses textes et sa mise en scène, tout en apposant ses affiches ici et là en ville.

Mâle en route, c’est une succession de monologues comiques dans lesquels Jérôme Bérubé exploite la réalité masculine. « Moi, je me suis toujours placé dans le rôle de l’homme qui n’a pas le tour d’être un homme. Je me suis dit pourquoi ne pas rire de ça, ne pas rire de moi », explique-t-il avec entrain.

Tout en explorant la masculinité en 2019, le conteur s’attarde à son cas. « Moi, je viens de la Côte-Nord, mais je n’ai jamais tripé sur la chasse, le sport, les moteurs », fait remarquer celui qui promet un spectacle axé sur la masculinité toxique et l’hyper masculinité, mais aussi sur ses côtés lumineux et positifs.

La trame de fond

Le spectacle se passe sur 138 entre Montréal et la pancarte au bout de cette route. Les personnages sont inspirés de rencontres faites par le conteur le long de ce lien routier, des gens qu’il a rencontrés et des archétypes nord-côtiers, dit-il.

Jérôme Bérubé enfile ses histoires et ses monologues comiques à la première personne de manière à exprimer sa quête pour enfin devenir un homme. Cette forme, il la compare un peu à ce que faisait Yvon Deschamps dans ses monologues ou encore à Fabien Cloutier dans son spectacle Scotstown et Cranbourne.

En fin de compte, Mâle en route se veut un hommage aux hommes nord-côtiers « dans tout ce qu’on a de lumière et de bibittes », assure le conteur. Si Fred Pellerin a élevé les gens de son village en personnages légendaires, poursuit-il, c’est un peu la même chose qu’il fait avec les habitants de la 138.

Cinq ans à Montréal

Le conteur a quitté sa ville natale il y a cinq ans pour s’installer à Montréal et profiter des multiples opportunités dans son domaine.

Interrogé sur ce qui l’a conduit dans la voie du conte, l’artiste répond avoir toujours eu une attirance pour le spectacle. « Mes premières jobs d’été, c’était avec la Chant’Amuse (devenue Espace K théâtre). J’étais à la régie », explique-t-il, en faisant référence au son et à l’éclairage.

Puis l’art du conte a pris sa place. « De fil en aiguille, j’ai commencé le conte et j’ai dévié en commençant à mettre un peu d’humour dans ce que je peux », raconte-t-il.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des