Le court-métrage d’un Innu de 10 ans diffusé en première partie du film Menteur

Photo de Mathieu Morasse
Par Mathieu Morasse
Le court-métrage d’un Innu de 10 ans diffusé en première partie du film <i>Menteur</i>
Milan Ishpatao (au centre) pose sur le tapis rouge de Menteur en compagnie d’Odile Joanette (à gauche), de son père Marc-Antoine Ishpatao, de sa mère Marie-Hélène Ishpatau, de son frère Maden et de sa sœur Maribelle. (Photo : courtoisie)

Milan Ishpatao, 10 ans, a eu l’honneur de voir son premier court métrage être diffusé en première partie de la première du film le 8 juillet dernier au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts à Montréal.

Le jeune Innu de Nutashkuan a réalisé son œuvre l’an dernier avec la collaboration du Wapikoni Mobile, un organisme aidant les Premières Nations à réaliser des films pour sauvegarder leur culture et combattre l’isolement et le suicide chez les jeunes des communautés en développant des compétences artistiques, techniques, sociales et professionnelles.

L’artiste a été invité à l’événement et a eu droit au tapis rouge au même titre que les acteurs principaux de Menteur, Louis-José Houde et Antoine Bertrand. « J’ai aimé ça à 50 %. Il y avait plein de personnes qui me prenaient en photos. Mais c’était trop petit », observe-t-il.

Les spectateurs ont ri de bon cœur pendant le film, avant de lui réserver une belle ovation. Milan s’est aussi montré fort à l’aise devant la salle de 820 personnes, lisant son discours en français sans hésiter. « Je serai disponible après pour des questions après », a-t-il lancé, au grand plaisir de la foule conquise.

« Je suis vraiment content pour toi, c’est un magnifique film », l’a félicité Odile Joannette, directrice générale du Wapikoni Mobile.

Les producteurs de Menteur ont ensuite mis la cerise sur le sundae en lui apprenant sur scène que La légende du Titanic serait également diffusé avant chacune des premières de Menteur partout au Québec.

Reconstitué en Lego

Dans La légende du Titanic, Milan assemble le célèbre navire en blocs Lego, avant de reconstituer son triste naufrage. « J’aime beaucoup les histoires vraies », explique-t-il tout bonnement.

Il ne restait ensuite qu’un pas à faire pour suivre les traces de son père, Marc-Antoine Ishpatao, qui avait fait un poignant court métrage avec le Wapikoni Mobile en 2017. Son père a ajouté un second film en 2019.

Le jeune réalisateur, qui entamera sa 5e année cet automne à Natashquan, a lui aussi ajouté un second court métrage à sa fiche voilà tout juste quelques jours.

Dans cet opus intitulé Grand-mère vs petit-fils, Milan et sa grand-mère se lancent un défi bien particulier imaginé par le garçon.

« Ma grand-mère doit jouer à un jeu vidéo et moi, je dois apprendre à tricoter », expose-t-il.

Les courts métrages de Milan Ishpatao et de Marc-Antoine Ishpatao peuvent être visionnés gratuitement sur le site web de Wapikoni Mobile, au www.wapkoni.ca.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des