Bilan du premier semestre dans Manicouagan – Le prix de vente médian se raffermit dans l’immobilier

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Bilan du premier semestre dans Manicouagan – Le prix de vente médian se raffermit dans l’immobilier
Le bilan du premier semestre de 2019 démontre une amélioration du marché immobilier sur le territoire de la MRC de Manicouagan. (Photo : Le Manic )

Baie-Comeau – Le prix de vente médian des maisons unifamiliales s’est raffermi au premier semestre de 2019 dans la MRC de Manicouagan. En un an, il a gagné 7 % pour se fixer à 150 000 $.

C’est ce que révèle le plus récent portrait dressé par la firme JLR solutions foncières, qui suit à la loupe le marché immobilier de l’ensemble du Québec. La médiane, faut-il le rappeler, signifie que 50 % des prix sont au-dessus et 50 % au-dessous.

Au premier semestre de 2018, le prix de vente médian sur le territoire se situait à 141 000 $. L’augmentation observée cette année permet au marché de récupérer la perte subie entre 2017 et 2018, alors que le prix était passé de 147 500 $ à 141 000 $.

Au cours des cinq dernières années, le prix de vente le plus élevé, soit 149 900 $, avait été enregistré en 2015.

De janvier à juin 2019, 129 transactions immobilières ont été conclues dans le secteur de l’unifamilial sur le territoire de la Manicouagan. C’est huit de plus qu’il y a un an (+ 7 %), mais une hausse de 26 par rapport à 2017.

De 2014 à 2016, le nombre de ventes avait été respectivement de 126, 125 et 127.

Une tendance au Québec

Le marché immobilier s’est amélioré dans la région immédiate et les dernières statistiques le prouvent. « Ce qui est pas mal en accord avec l’ensemble de la province. On a un marché immobilier qui se porte bien », reconnaît Esther Filiatrault-Bégin, économiste à la firme JLR.

Oui, le prix de vente médian a augmenté dans la MRC au cours du dernier semestre, mais en même temps, prévient la porte-parole, il faut faire attention avec cet indicateur en raison du nombre de transactions somme tout limité. « Il suffit juste que quelques maisons se vendent un peu plus cher (pour changer la donne) », indique-t-elle.

Pour stimuler la hausse des prix de vente, la demande doit être forte par rapport à l’offre.

Comme le souligne l’économiste, plusieurs grandes villes n’ont plus de terrains disponibles pour la construction résidentielle, ce qui n’est pas le cas en région bien souvent.

Rappelons qu’à la grandeur du Québec, le prix de vente médian dans le secteur de l’unifamilial s’est élevé à 254 000 $ au premier semestre. C’est quelque 100 000 $ de plus que chez nous.

La Haute-Côte-Nord

Du côté de la MRC de La Haute-Côte-Nord, 46 transactions ont été réalisées au premier semestre de 2019. À une ou deux ventes près, il s’agit pratiquement d’un copier-coller avec la période correspondante en 2018.

Là aussi, les prix ont augmenté puisque le prix médian s’est situé à 105 000 $, en hausse de 16 800 $ ( 16 %).

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des