Paracyclisme : en direct du Liban…avec Hassan Dia

Photo de Sandro Célant
Par Sandro Célant
Paracyclisme : en direct du Liban…avec Hassan Dia
Unique athlète originaire du Moyen-Orient, Hassan Dia compte profiter au maximum de sa toute première visite en Amérique du Nord. Photo Le Manic

Baie-Comeau – Prendre l’avion de Beyrouth vers Paris, de Paris vers Montréal et ensuite rouler de Montréal vers Baie-Comeau, rien n’allait empêcher le Libanais Hassan Dia de participer à la finale de la Coupe du monde de paracyclisme sur route UCI.

Originaire du Moyen-Orient, ce dynamique athlète de 23 ans est arrivé à Baie-Comeau dans la nuit de mardi à mercredi, juste à temps pour confirmer sa classification officielle pour la compétition.

Unique représentant de son pays, Hassan s’alignera dans la catégorie H4 (vélo à main) avec l’intention de vivre cette expérience sportive à fond tout en profitant au maximum de cette première présence en Amérique du Nord.

« Je réalise un grand rêve en débarquant au Canada. C’est la toute première fois et le long voyage (plus de 25 heures) pour arriver ici en a valu la peine », a confié le jeune homme au journal Le Manic, mercredi soir, lors des cérémonies d’ouverture.

Grand passionné

Le spina bifida, une malformation liée à un défaut de fermeture du tube neural (atteignant le système nerveux) dès les premières semaines de vie embryonnaire, a confiné Hassan à son fauteuil dès sa naissance sans toutefois le ralentir pour autant.

« Très jeune, j’ai développé un grand intérêt pour le sport. J’aimais beaucoup le basket-ball avant de découvrir le paracyclisme, qui est aujourd’hui ma grande passion », explique celui a roulé le Marathon de Beyrouth en 1 heure 57 minutes en 2016.

Deux années plus tard, Hassan est revenu à la charge en retranchant près de 30 minutes à sa marque personnelle. « Avec l’entraînement intense, j’ai beaucoup appris et progressé. Dans mon pays, ce n’est pas facile de rouler avec toutes les voitures sur le chemin », a-t-il reconnu avec franchise.

Soutien financier

L’année 2017 a toutefois été déterminante dans sa jeune carrière quand la banque BML a décidé de le soutenir financièrement dans ses objectifs. « Cela m’aide beaucoup et je peux ainsi sortir et voyager pour participer à d’autres compétitions. »

Actif en Afrique du Sud et en Thaïlande, Hassan continue d’explorer et de mettre l’emphase sur son rêve de se qualifier pour les Jeux paralympiques. « Je suis encore jeune et je m’entraîne à raison de six séances par semaine », prend-t-il la peine de préciser.

À Baie-Comeau, Dia veut surtout acquérir de l’expérience tout en espérant terminer dans le top 10 de sa catégorie. « Je vais faire le contre-la-montre jeudi. Samedi, je vais vivre un autre grand moment quand je participerai à l’épreuve sur route au même bloc de départ qu’un de mes idoles, Alessandro Zanardi », a ajouté le sympathique visiteur avec les yeux brillants.

Après la finale de la Coupe du monde, Hassan compte bien prolonger son séjour de quelques semaines en sol canadien. Il retrouvera son frère à Montréal pour visiter les environs avant de compléter son périple chez son frangin, qui demeure à Fort McMurray en Alberta.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des