Cession du port : les élus réclament une entente rapide

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Cession du port : les élus réclament une entente rapide
Le préfet Marcel Furlong et le maire Yves Montigny réclament d’Ottawa et de Québec une entente rapide dans le dossier de cession du port de Baie-Comeau. Photo Le Manic

Baie-Comeau – Des acteurs politiques de la Manicouagan pressent Ottawa et Québec de s’entendre rapidement pour régler le dossier de la cession du port fédéral de Baie-Comeau, auquel il ne resterait que quelques éléments toujours en litige.

« Il y a des entreprises privées qui attendent après nous pour dire on s’en vient à Baie-Comeau maintenant que vous avez votre port », a assuré, lors d’un point de presse mardi matin, le préfet de la MRC de Manicouagan, Marcel Furlong, qui considère que la balle est dans le camp des deux gouvernements.

La présence à Sept-Îles cette semaine du ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, et du premier ministre du Québec, François Legault, et l’état d’avancement du dossier de cession du port à une corporation locale ont porté le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny, et le préfet à lancer un message sans équivoque aux deux paliers de gouvernement.

« Je suis convaincu aujourd’hui que M. Garneau est capable de mettre toute son énergie pour réussir à arriver à une entente avec la Corporation de gestion du port de Baie-Comeau dans un horizon à très court terme, je parle d’environ une quinzaine de jours. Je suis convaincu que M. Garneau est capable cette semaine ou en début de la semaine prochaine de faire une offre qui conclut vraiment une entente de principe pour que le port fédéral soit officiellement transféré à la communauté », a martelé le maire Yves Montigny, qui se dit en discussion constante à ce sujet avec les cabinets du ministre Garneau et du ministre des Transports du Québec, François Bonnardel.

M. Montigny considère que les parties sont « à quelques poussières » de parvenir à une entente et qu’avec la volonté politique d’Ottawa et Québec, tout peut se régler très rapidement. « Ce que je demande, informez-moi comme maire de Baie-Comeau de ce qu’on peut faire tous ensemble pour réussir dans un délai de 15 jours à parvenir à une entente », a ajouté l’élu, qui souhaite tourner la page avant le déclenchement des prochaines élections fédérales.

Décret nécessaire

Après avoir insisté sur l’importance de la prise en main du port de Baie-Comeau par la communauté pour le développement de toute la Manicouagan, M. Furlong a rappelé que pour que la cession se réalise, Québec doit l’autoriser et émettre un décret.

« Le gouvernement du Québec a quelques demandes supplémentaires. Ils sont en négociation présentement. Ce sont de petits points d’achoppement », a expliqué le préfet.

Selon lui, le futur règlement de cession se distinguerait des ententes déjà intervenues entre Québec et Ottawa pour d’autres ports, comme ceux de Matane et Rimouski, en raison de l’envergure du port de Baie-Comeau et de ses particularités, notamment l’ampleur des opérations industrielles qui s’y réalisent.

« Il y a des revenus qui sont générés au port de Baie-Comeau et qui ne le sont pas ailleurs. L’exploitation industrielle du port de Baie-Comeau est majeure, ça rapporte des sous et ça rentre en ligne de compte dans les négociations », a poursuivi le préfet.

« Si le gouvernement du Québec et le gouvernement d’Ottawa, ensemble, sont d’accord pour le régler (le dossier), ils n’ont qu’à dire oui. Cette semaine, ils peuvent se parler, ils sont à Sept-Îles ensemble », a renchéri le maire Montigny, tandis que M. Furlong en profitait pour rappeler que le premier ministre Legault et le ministre Garneau seront à Québec ce vendredi 16 août et que l’occasion serait belle aussi pour s’entendre sur le dossier de Baie-Comeau.

La députée intervient

La députée bloquiste de Manicouagan, Marilène Gill, réclame elle aussi une conclusion dans le dossier de cession du port à la communauté.

« Au moment où le ministre des Transports fait un saut de puce sur la Côte-Nord afin de participer à une activité de financement de l’association libérale fédérale de Manicouagan, nous attendons toujours des nouvelles positives en ce qui a trait à la cession du port de Baie-Comeau », a-t-elle lancé, en soulignant qu’avec une volonté politique, le dossier pourrait se régler avant les élections fédérales.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des