Styves Griffith signe son premier conte pour enfants

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Styves Griffith signe son premier conte pour enfants
Styves Griffith vient de publier son tout premier livre, un conte pour enfants intitulé Antoine et Alyson à sept heures. Photos Le Manic

Baie-Comeau – Deux jeunes frère et sœur, la lune, le soleil, le bonhomme Sept-Heures et l’horloge qui indique sept heures, voilà les éléments qui ont éclairé, non, plutôt illuminé Styves Griffith, qui signe son tout premier livre, un conte pour enfants où le fantastique prédomine.

Le retraité de Baie-Comeau vient de publier Antoine et Alyson à sept heures, dont l’histoire tourne autour du souhait de deux enfants d’étirer leurs jeux extérieurs au-delà de sept heures le soir, d’une histoire d’amour entre Lune et Soleil et de la présence d’un sordide bonhomme.

L’auteur à l’imagination très fertile, à la joie de vivre étampée dans le visage et adepte de jeux de mots a décidé de donner les prénoms de ses deux petits-enfants aux deux personnages de son histoire.

« L’histoire est relativement folle, un peu comme moi d’ailleurs », s’exclame-t-il en riant. Il l’a décrit en racontant qu’à l’époque, le soleil se levait à sept heures le matin et la lune à sept heures le soir. « Ç’a avait toujours été comme ça et ç’a n’avait jamais changé depuis le début de l’univers. Puis les enfants à sept heures, ils sont dehors et doivent rentrer, car s’ils ne rentrent pas, le bonhomme Sept-Heures est dehors et s’emparent d’eux autres », raconte l’auteur.

Or, souhaitant prolonger leurs jeux extérieurs au-delà de l’heure fatidique, Antoine et Alyson échauderont un plan qui leur permettra de faire de surprenantes découvertes, d’ouvrir la porte à une histoire d’amour entre Lune et Soleil, qui auront 365 enfants en passant, et de casser un modèle qui prévalait depuis toujours. Lorsqu’on parle de fantastique…

« Les parents, préparez-vous, car ça va vous chatouiller. À la fin, il y a un phénomène que les enfants doivent faire à sept heures à tous les soirs avec leurs parents et qui est particulier », souligne-t-il avec entrain.

Un raconteur

À la retraite depuis sept ans, Styves Griffith a œuvré comme travailleur social pendant sa carrière, dont un certain nombre d’années en milieu scolaire. Déjà dans ce temps-là, il inventait des histoires spontanément pour captiver et faire sourire les enfants du primaire. Ça l’a toujours attiré, avoue-t-il.

Aujourd’hui, quand il rencontre de jeunes enfants sur la rue, il s’en donne à cœur joie. « Je fais des niaiseries, je chante des chansons, j’en invente, je swing, on a du plaisir », lance-t-il avec le regard brillant et le sourire aux lèvres.

Selon celui qui est également photographe, peintre et musicien à ses heures, les années passées comme intervenant auprès d’enfants et d’adolescents ne sont pas étrangères à la sortie de son premier conte.

« Probablement que tout ça m’habite et qui fait que ç’a donné un conte pour enfants. Mes petits-enfants m’ont stimulé aussi, c’est sûr. Je pensais aimer ça, mais je ne pensais jamais aimer ça de même », dit le sexagénaire en faisant référence à sa petite-fille et son petit-fils.

Illustrations magnifiques

Antoine et Alyson à sept heures, c’est une page de texte précédée d’une page d’illustration. Bélinda Jomphe L., une ancienne citoyenne de Baie-Comeau installée à Amos depuis quelques années, a magnifiquement illustré l’histoire. « Elle a un talent fou », insiste l’auteur.

Son tout premier conte, il l’a écrit sur une période de 12 à 18 mois. Ce délai, il l’explique par les modifications qu’il a dû apporter pour répondre aux attentes d’éditeurs québécois aux portes de qui il avait frappé. « Finalement, avec tous ces éditeurs-là qui m’ont fait faire des changements, ça n’a pas fonctionné », avoue-t-il.

Après avoir appris l’existence de la maison d’édition Kindle Direct Publishing d’Amazon, Styves Griffith a fait les démarches nécessaires et c’est ainsi que son roman a pu être publié. Sa sortie remonte à juin et il est disponible à la librairie A à Z à Baie-Comeau ainsi que sur Amazon.

Aujourd’hui, son souhait le plus cher est que les péripéties d’Antoine, d’Alyson et de leur entourage plaisent aux petits et grands. Et il n’est pas dit qu’il s’arrêtera à une seule publication de conte, car ce ne sont pas les idées qui manquent à cet homme à l’imagination à la fois débordante et loufoque.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des