La cloche de la rentrée sonne

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
La cloche de la rentrée sonne
Caroline Lafrance n'allait pas laisser ses enfants pour leur première journée d'école sans une photo souvenir. L'aîné, Noah Pelletier, qui commence sa quatrième année à l'école Saint-Coeur-de-Marie à Baie-Comeau, est entouré de ses soeurs, Annabelle, en deuxième année, et Alya, en maternelle. Photos Le Manic

Baie-Comeau – Le grand jour est arrivé. Ce matin, les cours d’école ont à nouveau bourdonné au son du babillage d’élèves excités à l’occasion de leur retour en classe. Et bonne nouvelle, à la Commission scolaire de l’Estuaire (CSE), tous les postes d’enseignants sont occupés au primaire, mis à part un ou deux spécialistes.

Au secondaire, le comblement pose cependant quelques défis dans le secteur centre et ouest, notamment à la polyvalente des Berges à Bergeronnes. « Il manque encore quelques professeurs, mais on est en processus de recrutement », souligne Patricia Lavoie, porte-parole de la CSE dont le territoire s’étend de Baie-Trinité à Tadoussac.

Du côté du personnel de soutien, trois remplacements et cinq postes en éducation spécialisée sont à pourvoir, mais les démarches vont rondement et tout devrait être conclu au fois la période d’affichage terminée.

Même si l’état de situation des ressources humaines semble pourtant se porter pas trop mal en ce début d’année scolaire, il demeure précaire. « Oui, il y a des gens partout, mais toutes sortes d’impératifs peuvent survenir en cours d’année », prévient Mme Lavoie en parlant notamment d’absences pour des maternités, des retraits préventifs ou de la maladie.

« Ce n’est pas l’abondance. Comme le directeur des ressources humaines l’a dit, on demeure en pénurie de main-d’œuvre », souligne la porte-parole.

Aucun suppléant qualifié

D’ailleurs, la banque de suppléants légalement qualifiés en enseignement est actuellement vide au secondaire.  Il y a bien une douzaine de personnes qui sont disponibles pour faire de la suppléance occasionnellement, mais sans posséder leur brevet d’enseignement.

Au préscolaire et primaire, les choses sont moins dramatiques. « Une fois le processus d’affectation complété, notre banque de suppléants en enseignement compte actuellement 14 personnes légalement  qualifiées », assure Mme Lavoie. À elles, il faut ajouter quelques personnes qui ont des contrats à temps partiel et font aussi de la suppléance.

Rappelons que le lancement, cet automne, d’un baccalauréat en éducation préscolaire et en enseignement au primaire à Baie-Comeau par l’Université du Québec à Rimouski devrait améliorer le recrutement de personnel enseignant dans les prochaines années.

Sur le territoire de la MRC de Manicouagan, autour de 1 815 élèves au primaire et 1 230 au secondaire sont de retour en classe, mais les chiffres officiels au 30 septembre pourraient être légèrement supérieurs. Ces données excluent les élèves en maternelle 4 ans.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des