Le CISSS perd un quatrième DRH en quatre ans

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Le CISSS perd un quatrième DRH en quatre ans
On aperçoit Marc Brouillette (à gauche) en compagnie du président-directeur général du CISSS de la Côte-Nord, Marc Fortin.

Baie-Comeau – Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord se retrouve sans directeur des ressources humaines (DRH) pour une quatrième fois en quatre ans à la suite de la démission de Marc Brouillette, qui deviendra effective en fin de journée aujourd’hui.

Embauché en décembre 2018, celui dont le poste intégrait aussi la direction des communications et des affaires juridiques a confirmé ses intentions pas plus tard que le lundi 26 août. Il invoque des raisons personnelles.

Selon Sandra Morin, adjointe au président-directeur général (PDG) et responsable des relations avec les médias, M. Brouillette, un avocat de formation, a écrit une « longue lettre » à l’intention des employés. « Il ne voulait pas que les gens spéculent sur son départ », fait-elle remarquer.

La porte-parole du CISSS affirme que toute l’organisation est très triste du départ du cadre supérieur. « On aurait aimé qu’il poursuive son mandat, mais on respecte sa décision. »

À l’automne 2018, c’est M. Brouillette lui-même qui avait fait part au CISSS de son intérêt à occuper le poste, vacant à ce moment-là. Christine Pelletier, nommée adjointe au directeur des ressources humaines pendant l’été, assumera l’intérim.

Le recrutement pour trouver un successeur devrait s’enclencher bientôt, mais une chose est sûre, le CISSS n’a pas l’intention de recourir aux services d’une firme professionnelle de chasseurs de tête, comme elle l’avait fait l’an dernier. L’adjointe au PDG souligne qu’un contrat au montant de 100 000 $ avait été accordé pour le comblement de trois ou cadre postes, dont celui de DRH, mais sans résultat.

Pas un cas unique

Les difficultés de recrutement et de rétention au poste de directeur des ressources humaines ne sont pas uniques au CISSS de la Côte-Nord.

Mme Morin assure que d’autres CISSS et CIUSSS (centres universitaires) au Québec vivent la même réalité.
« La direction des ressources humaines, c’est une direction très stratégique en raison de la pénurie de main-d’œuvre. C’est sûr qu’on n’a pas été chanceux avec quatre directeurs en quatre ans », conclut-elle.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des