Pour témoigner de l’itinérance, la Nuit des sans-abri est encore pertinente

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
Pour témoigner de l’itinérance, la Nuit des sans-abri est encore pertinente
L’an dernier, la Nuit des sans-abri à Baie-Comeau s’était déroulée sous une bordée de neige, ce qui illustrait on ne peut mieux la dure réalité de l’itinérance. Photo Jeunesse en santé.

On le sait maintenant, l’itinérance n’est pas un phénomène exclusif aux grands centres. Elle est aussi présente à Baie-Comeau, comme en témoigne la tenue de la Nuit des sans-abri, qui aura lieu le vendredi 18 octobre de 19 h à 23 h au parc Puyjalon.

Quand vient le temps d’évaluer les gens en situation d’itinérance dans la région, la chose est pratiquement impossible. Par définition, ces personnes ne figurent pas sur des listes et il y a pour l’instant aucun endroit pour eux à Baie-Comeau pour se réfugier quelques jours, ou à l’occasion.

« C’est difficile de donner un chiffre car c’est un phénomène caché », a expliqué Guy Béland, président de Jeunesse en santé, l’organisme qui prépare cette Nuit des sans-abri. « L’information qu’on a à propos de ces personnes, c’est quand notre travailleuse de rue a des contacts avec elles, et elle a croisé déjà plus d’une douzaine de personnes en situation d’itinérance à Baie-Comeau», a-t-il ajouté.

Le portrait de l’itinérance change aussi de visage, indique M. Béland. Si le phénomène touchait auparavant plus les jeunes hommes « qui partaient de la grande ville et qui débarquaient ici pour vivre une aventure durant l’été », l’itinérance frappe désormais autant les garçons que les filles « et il y a également des dames plus âgées. Ça aussi, c’est nouveau », fait valoir l’intervenant.

Sensibiliser la population

L’objectif de la Nuit des sans-abri est de sensibiliser la population « sur l’existence des difficultés vécues par ces personnes en situation de pauvreté et d’exclusion sociale et de lutter contre les préjugés avec lesquelles elles doivent composer », mentionne le communiqué de Jeunesse en santé.

La population est bien sûr invitée à cette activité de sensibilisation, où des breuvages chauds seront servis et où des organismes pouvant venir en aide aux personnes ciblées présenteront les services qu’ils offrent. Un feu sera également allumé et des artistes locaux se produiront durant la soirée.

Bon an mal an, autour de 80 personnes participent à l’activité à Baie-Comeau. « Ça dépend un peu de la température mais l’an dernier, on avait attiré 80 personnes même s’il neigeait », s’est remémoré Luc Béland.

Le président de Jeunesse en santé souhaite qu’un jour, la Manicouagan ait enfin sa ressource d’hébergement temporaire afin d’éviter que des gens se retrouvent en situation d’itinérance et profitent de cette ressource « le temps de se revirer de bord, le temps de trouver autre chose. On travaille là-dessus depuis longtemps, mais ça n’aboutit pas. Il faut dire que c’est quand même beaucoup d’argent », conclut M. Béland.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des