Déjà une première journée de tempête utilisée

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Déjà une première journée de tempête utilisée
La neige a rendu les conditions routières difficiles dans plusieurs secteurs mardi, entraînant la fermeture des écoles de la Commission scolaire de l'Estuaire.

Des écoles fermées en raison d’une tempête de neige, ça ne se voit pas souvent un 12 novembre. Même que depuis 2010-2011 au moins, jamais la Commission scolaire de l’Estuaire (CSE) n’a eu à prendre cette décision aussi hâtivement en saison hivernale.

Produit par la CSE, un relevé des dates des premières fermetures d’écoles pour intempéries révèle en effet que la situation de mardi est une première en 10 ans.

Pendant cette décennie, les premières fermetures sont survenues entre le 10 et le 15 décembre une année sur deux. En 2013-2014, c’est le verglas et non la neige qui avait obligé la CSE à décréter la fermeture de toutes ses écoles le 27 novembre, précise la porte-parole de l’organisation, Patricia Lavoie.

En 2018-2019, il avait fallu attendre après les Fêtes, précisément le 9 janvier 2019, pour que les conditions météo difficiles fassent en sorte que les établissements d’enseignement demeurent fermés sur l’ensemble du territoire. Cependant, pour le seul secteur de la Haute-Côte-Nord, la première fermeture des écoles était survenue plus tôt, soit le 21 décembre.

Malgré les dates plutôt tardives de l’an dernier, on se souviendra que les cinq journées mobiles prévues pour d’éventuelles fermetures attribuables aux intempéries avaient été insuffisantes. Pour y pallier, il avait fallu annuler deux journées de congé prévues au calendrier scolaire à la fin du printemps.

Passablement épargnée

Finalement, la forte tempête attendue mardi dans la Manicouagan aura été moins intense que ne le laissaient entrevoir les prévisions météo.

Selon Simon Legault, météorologue chez Environnement Canada, il est tombé entre 10 et 15 centimètres de neige sur une période de 24 heures, mais le secteur aura été somme toute passablement épargné par rapport à d’autres villes, comme Sept-Îles et Rimouski.

Si la commission scolaire a pris la décision de fermer toutes les écoles de la Manicouagan et la Haute-Côte-Nord, précise Mme Lavoie, c’est en se basant sur les prévisions météo et les conditions routières.

On se souviendra qu’en début de matinée, le ministère des Transports (MTQ) a fermé la route 138 aux véhicules lourds entre Tadoussac et Forestville et entre Godbout et Port-Cartier, empêchant ainsi le transport par autobus des élèves d’une municipalité à une autre. « Quand on a parlé au ministère des Transports tôt le matin, on nous a dit qu’éventuellement, elle devrait fermer aussi à Baie-Comeau », poursuit la porte-parole. Finalement, cela n’aura pas été nécessaire.

Fait à noter, des fermetures de route aux véhicules lourds pour des conditions de tempête hivernale aussi hâtives ne sont pas exceptionnelles. Comme le souligne la porte-parole du MTQ, Caroline Rondeau, cela est arrivé le 10 novembre en 2018. L’année précédente, la même situation s’était produite le 25 novembre et, en 2016, le 1er décembre.

« On est toujours prêts à faire face à une tempête peu importe le moment de l’année», conclut Mme Rondeau.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des