La hausse d’achalandage se poursuit au Parc Nature de Pointe-aux-Outardes

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
La hausse d’achalandage se poursuit au Parc Nature de Pointe-aux-Outardes
La popularité du Parc Nature ne se dément pas. Le site naturel de Pointe-aux-Outardes a accueilli près de 10 000 visiteurs en 2019, une nouvelle marque pour l’attrait.

La tendance se maintient au Parc Nature en matière de fréquentation. Depuis 2013, l’attrait touristique de Pointe-aux-Outardes enregistre une hausse constante de son achalandage et 2019 n’y a pas fait exception.

« On est passés de 1 800 visites en 2013 à 9 743 cette année. L’an dernier, on avait eu 9 135 visiteurs », lance le directeur général du Parc, Denis Cardinal. « On avait pourtant des inquiétudes par rapport à la question des traversiers. Ça a peut-être un lien avec la légère baisse d’achalandage de la clientèle hors Québec, mais on a une très belle augmentation du côté du marché du Québec. »

M. Cardinal explique ces bons résultats par la diversité des attraits et des activités du Parc Nature. Depuis quelques années, l’équipe du parc fait des pieds et des mains pour se renouveler, notamment en ce qui concerne l’hébergement, et la recette fonctionne. Le parcours expérience Alice au Parc Nature a aussi été une belle surprise.

« Du côté de l’hébergement, on a augmenté de 35 %. Les nichoirs ont été très occupés de juillet à septembre. On est passé d’un parc où les gens venaient deux heures pour faire les sentiers à un parc où les gens restent deux nuitées pour faire toutes les activités. Il y a des gens qui couchent ici un soir avant d’aller à Manic-5 ou à l’archipel des Îles de Mingan et qui couchent de nouveau au parc sur le retour », de faire valoir le directeur.

Harmonie avec l’environnement

Il ne le dira pas comme ça, mais Denis Cardinal n’est pas loin de penser que le Parc Nature va s’imposer durablement avec ses nichoirs, qui redéfinissent la façon de passer une nuit en forêt.

« On a tellement eu de bons commentaires. Les gens apprécient beaucoup cette harmonie avec l’environnement, et ça devient un lieu de ressourcement. Le bouche-à-oreille est très fort en ce qui concerne les nichoirs », a-t-il signifié. D’ailleurs, on peut encore louer les nichoirs, et ce, jusqu’à la fin mars. On réserve en ligne sur le site web du parc.

Pour l’avenir, le Parc Nature souhaite continuer à innover en hébergement, d’une façon qui reste à déterminer. La direction songe aussi à augmenter de deux ou trois espaces son site de camping rustique, qui en compte présentement six. On ne veut cependant pas aller trop loin là-dedans.

« Le site de camping est quand même restreint et le parc dans son ensemble est relativement petit. On ne veut pas se retrouver avec 50 000 personnes par année », illustre M. Cardinal.

Ce dernier confie au passage au Manic qu’il aimerait bien que le Parc Nature ne soit pas le seul lieu touristique encore ouvert une fois l’été terminé.

« Je trouve ça un peu dommage qu’il n’y a pas plus d’attraits d’ouverts et que tout ferme en septembre. Il devrait y avoir un programme quelque part qui permettrait aux attraits de rester ouverts l’automne. Puisqu’on veut développer le tourisme hivernal, il faudrait bien aussi développer le tourisme automnal », conclut-il.

Rappelons en terminant que le parc, créé en 1986, compte sur son territoire huit écosystèmes différents. Il protège la faune et la flore du site et sensibilise les visiteurs à l’importance de leur protection.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des