Christopher Merisier-Ortiz, le chef de file de la brigade

Photo de Sandro Célant
Par Sandro Célant
Christopher Merisier-Ortiz, le chef de file de la brigade
À sa troisième saison avec le Drakkar, Christopher Merisier-Ortiz connaît un excellent début de saison et se révèle comme le chef de file de la brigade défensive. Photo Denis Thibault

À sa troisième saison dans l’uniforme du Drakkar, le défenseur Christopher Merisier-Ortiz prend de plus en plus sa place et s’avère comme un véritable chef de file au sein de la brigade.

L’habile patineur de 18 ans répond vraiment à l’appel depuis le début de la campagne et représente un rouage clé au sein de l’équipe du nouvel entraîneur-chef Jon Goyens.

Le choix de première ronde (7e au total) à l’encan de 2017 a su élever son jeu d’un cran et joue de très grosses minutes sur la patinoire. Match après match, l’arrière de 5 pieds, 11 pouces et 172 livres trouve une façon de distinguer.

« Je suis satisfait de mon début de saison. Je suis beaucoup plus constant que l’an passé et cela vient aussi avec l’expérience. L’objectif est de toujours continuer de m’améliorer », a raconté l’athlète avec franchise.

Meilleur pointeur chez les défenseurs de son club avec sa fiche de 3-11-14 en 28 parties, Ortiz est le seul arrière (en compagnie de la recrue Vincent Dupuis) a présenté un différentiel positif avec + 1.

« C’est vrai que je m’implique plus pour supporter l’attaque. Au début, c’était plus difficile pour le cardio, mais j’ai appris et je suis plus capable de gérer ma partie et les minutes passées sur la glace. »

Beaucoup de potentiel

Interrogé sur le rendement de son quart-arrière, le pilote Jon Goyens avoue qu’il a fallu une certaine période d’adaptation et de communication, mais valorise aujourd’hui l’excellent apport de son vétéran.

« Christopher possède beaucoup de potentiel et si cela se passe bien pour lui, c’est qu’il a décidé de prendre les choses en main par lui-même en respectant les consignes », a assuré le patron derrière le banc.

Conscient de la grande maturité de son protégé, Goyens reconnaît que les expériences vécues au camp de développement du Canadien de Montréal et celui des Flames de Calgary lui ont procuré une plus grande confiance.

« Nous ne voulons surtout pas changer sa façon de jouer. L’idée est de le préparer et le faire progresser tout le temps. Il (Christopher) est très actif sur la patinoire et n’hésite pas à réagir quand il doit prendre une décision. »

Période de transactions

Utilisé à profusion, le hockeyeur originaire de Boisbriand n’a pas le temps de s’ennuyer et apprécie grandement le climat positif qui règne présentement au sein de l’équipage.

« Il y a eu beaucoup de changements et d’ajustements à faire au début, mais la chimie s’installe de plus en plus depuis les dernières semaines et cela donne des bons résultats. L’ambiance est excellente dans le vestiaire. »

À l’approche de l’ouverture de la prochaine période de transactions, les rumeurs vont s’intensifier davantage dans l’entourage de la troupe locale, qui pourrait laisser partir des joueurs clés afin de prépare l’avenir de la concession.

Le nom de Merisier-Ortiz risque fort bien de s’ajouter à ceux des Fortier, Légaré ou Bouchard quand s’amorceront les véritables négociations au sein du circuit Courteau.

« Personnellement, je n’y pense pas vraiment. Je m’occupe de jouer mes matchs et il arrivera ce qui arrivera à Noël. Si je reste ici, je vais être content. Si je m’en vais, ça va être ça, mais sinon je continue de jouer mes parties et je ne m’arrête pas à ça pour l’instant », a-t-il assuré en guise de conclusion.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des