La MRC milite pour le désenclavement de la Côte-Nord

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
La MRC milite pour le désenclavement de la Côte-Nord
Comme bien d’autres dans la région, les élus de la MRC de Manicouagan souhaitent ne plus avoir à utiliser le traversier entre Baie-Sainte-Catherine et Tadoussac pour entrer sur la Côte-Nord en provenance de Charlevoix.

C’est maintenant au tour de la MRC de Manicouagan de prendre position en faveur du désenclavement de la Côte-Nord, autant à l’est par le prolongement de la route 138 qu’à l’ouest par un pont sur le Saguenay. Elle va même demander à l’ensemble des MRC du Québec d’appuyer la région dans ses revendications.

Dans une longue résolution adoptée lors de sa dernière séance de 2019, le conseil des maires a notamment rappelé que la Côte-Nord est la seule région du Québec à ne pas pouvoir compter sur un lien routier complété à ses deux extrémités, « hypothéquant du même coup et de façon importante ses chances de se développer comme l’ensemble des régions ».

Tout en soulignant que le désenclavement de la Côte-Nord va profiter à l’ensemble de la province, les élus ont aussi mentionné que la région connaît une baisse démographique importante ces dernières années « et ce problème d’accès au territoire est assurément une des causes de cette dévitalisation ».

La résolution fait également valoir que les changements climatiques « rendent extrêmes les conditions d’isolement des communautés de la Basse-Côte-Nord, contribuant ainsi à leur dévitalisation et à leur appauvrissement ».

Enrichissement du Québec

Bien sûr, la résolution adoptée par les maires de la Manicouagan ne manque pas de rappeler que la Côte-Nord contribue largement « à l’enrichissement de tout le Québec par l’exploitation de ses ressources naturelles, dont une contribution de quelque 40 % au parc hydroélectrique d’Hydro-Québec ».

Quant aux traversiers entre Baie-Sainte-Catherine et Tadoussac, la MRC de Manicouagan estime qu’ils représentent des « coûts démesurés et récurrents », que leurs déboires et ceux connus à la traverse Matane-Côte-Nord « ont mis en lumière toute la vulnérabilité du réseau de traversiers et l’extrême dépendance des populations à ceux-ci ».

Toujours à propos de ces traversiers, la résolution indique qu’ils « mettent une pression énorme sur la population menacée des bélugas (…) et que la construction d’un pont viendrait grandement amoindrir cette pression », sans oublier « les interminables attentes, les délais et les nombreuses annulations de traverse (qui) représentent d’importants obstacles au développement économique de la Côte-Nord ».

Bureau de projet

Les élus de la MRC demandent donc à Québec de confirmer la poursuite des travaux du bureau de projet de pont sur le Saguenay, contrairement aux signaux émis par le gouvernement Legault sur ce sujet.

La résolution réclame l’étude d’opportunité sur la construction du pont, une démarche que les maires souhaitent « rigoureuse, diligente et réalisée avec un échéancier réaliste, mais ambitieux ».

Outre l’ensemble des MRC de la province, copie de cette résolution a été envoyée au premier ministre Legault, aux ministres François Bonnardel et Jonatan Julien, au premier ministre Justin Trudeau ainsi qu’à tous les députés provinciaux et fédéraux de la Côte-Nord et de Charlevoix.

Partager cet article

4
Laissez un commentaire

avatar
4 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
4 Comment authors
Gagnon R.Pierre BretonÉric CyrAlain Deschênes Recent comment authors
  S'abonner  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
Alain Deschênes
Invité
Alain Deschênes

Cette situation a assez duré , il est temps que l’on nous écoutent , le gros bon sens devra les éclairer a prendre cette décision. Du bureau d’étude !!! Et la faisabilité de notre pont. La côte nord est mobilisé et les faux québécois qui essaient de nous compliquer la tâche (sous-ministre ou fonctionnaires ) qui nous mettent les bâtons dans les roues, pour privilégier leurs tite job, on va avoir raison de vous . Je suis convaincu que les Bonnardel et M .legeault vont savoir Que nous avons raison. On veut sauver la planète, mais on parle des deux… Read more »

Éric Cyr
Invité
Éric Cyr

Tous les élus de la Côte-Nord incluant les préfets, les maires et les chefs autochtones innus ont un objectif commun, le désenclavement de ce territoire, le seul au Québec à ne pouvoir disposer d’un réseau routier complété (route 138 inachevée) et sécuritaire (route interprovinciale 389 ne respecte pas les normes minimales de sécurité) et de ne pouvoir compter sur UN pont à l’embouchure de la rivière Saguenay à Tadoussac malgré que la Côte-Nord produise 40 % de toute l’énergie du Québec et a de très nombreuses mines et des alumineries

Pierre Breton
Invité

Le désenclavement est une nécessité. La construction du pont de Tadoussac épargnera beaucoup d’argent aux contribuables québécois. Rappelons que sans comparer les couts des quais et des travaux urgents à faire sur la 138 aux abords de la traverse avec les couts des deux routes d’accès à la Boule coûts que nous estimons semblables; le pont lui est estimé à 300M$ alors que les traversiers sont un actif mobile et polyvalent qui a coûté 350M$ et qui pourra éviter d’autres dépenses importantes pour construire des traversiers . De plus la STQ a confirmé par lettre lors du BAPE de Tadoussac… Read more »

Gagnon R.
Invité
Gagnon R.

2018/ 2 voyages de vacance sur la Côte-Nord; Un via la 40/138 et un via la 20/132/traversier à Matane; Nous nous rendions à Pointe des Monts. SURPRISE; La même durée en temps de voyage y compris la traverse jusqu’à Godbout. On est en 2020 et un pont sur le Saguenay est une urgence. Il serait temps d’arrêter le développement d’autoroutes de la région de Montréal qui ne servent qu’à l’étalement urbain vers des dortoirs et d’investir dans le futur des régions; Gaspésie, Côte-Nord, Abitibi; Des régions debout et non sur les genoux avec des députés/es partisans de leur région…