Une aide de 1,7 M$ d’Ottawa pour Lefebvre Industri-Al

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
Une aide de 1,7 M$ d’Ottawa pour Lefebvre Industri-Al
La ministre Mélanie Joly, lors de son passage chez Lefebvre Industri-Al. À droite, on reconnaît Marc Lefebvre. Photo courtoisie

Les efforts en recherche et développement de Lefebvre Industri-Al, connu précédemment sous le nom d’Entrepac, portent leurs fruits. L’entreprise passe à une autre étape dans son projet de récupération de résidus de l’industrie de l’aluminium et reçoit pour ce faire un prêt sans intérêt de 1,7 M$ du gouvernement fédéral.

La ministre du Développement économique et des Langues officielles, Mélanie Joly, était d’ailleurs de passage à Baie-Comeau lundi pour faire cette annonce, « qui s’inscrit dans les priorités du gouvernement du Canada en matière de croissance propre », selon le communiqué du ministère.

Lefebvre Industri-Al travaille depuis 2014 sur un procédé novateur et non polluant pour récupérer la totalité de l’écume d’aluminium, un sous-produit de la fabrication de ce métal. La méthode de récupération actuelle, en plus d’être coûteuse et polluante, ne permet de récupérer qu’autour de 50 % de l’écume.

« On va pouvoir récupérer le métal sans aucun enfouissement. Avec la méthode traditionnelle, on récupère entre 40 et 50 % de l’écume », a indiqué le grand patron de l’entreprise, Marc Lefebvre, qui assure que son projet est unique sur la planète. « Au lieu d’utiliser de l’huile pour le traitement, on va utiliser de l’électricité et l’aluminium récupéré sera remis dans la production primaire chez Alcoa », a-t-il ajouté.

Étroite collaboration

D’ailleurs, l’aluminerie baie-comoise collabore étroitement avec Lefebvre Industri-Al pour la mise au point du procédé. « Alcoa devient un peu une usine-pilote. Il y a beaucoup de mises au point à faire, bien du tâtonnement avant que tout soit parfait. Il y a un apprentissage normal qui doit se faire », d’ajouter le dirigeant. Pour l’instant, Alcoa sera le seul client de la PME, mais rien n’empêchera éventuellement l’entreprise de dénicher d’autres clients.

La mise en place du nouveau procédé de Lefebvre Industri-Al devrait se faire dans les prochains mois. Selon Développement économique Canada, l’arrivée de ce procédé permettra de récupérer annuellement une quantité supplémentaire de 1 500 tonnes d’aluminium et d’éliminer 630 tonnes de gaz à effet de serre et 750 tonnes de sels polluants.

« Grâce au projet de Lefebvre Industri-Al, la production d’aluminium plus vert sera possible ici, à Baie-Comeau. À terme, ce sont toutes les régions du Canada qui en profiteront, car nos alumineries seront moins polluantes et plus compétitives », a fait valoir la ministre Joly.

Avec cette aide du fédéral, l’entreprise pourra agrandir son usine du boulevard Comeau et acquérir des équipements technologiques « afin de produire de l’aluminium faible empreinte carbone à Baie-Comeau ». Entre 8 et 10 emplois seront créés.

Marc Lefebvre a tenu à souligner particulièrement la hauteur de la contribution d’Ottawa à ce projet, évalué au total à 8 M$. « C’est une importante contribution pour nous. Sans aide, une PME ne peut pas réaliser un grand projet comme ça », a-t-il conclu.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des