De grands dossiers sur l’écran de l’UMQ en 2020

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
De grands dossiers sur l’écran de l’UMQ en 2020
Suzanne Roy est présidente intérimaire de l’Union des municipalités duQuébec et mairesse de la municipalité de Sainte-Julie.

L’action ne manquera pas en 2020 dans le monde municipal au Québec, comme en fait foi la liste des grands dossiers sur la table de travail de la présidente intérimaire de l’Union des municipalités du Québec et mairesse de Sainte-Julie, Suzanne Roy.

Dans un entretien téléphonique accordé au journal Le Manic au cours des derniers jours, Mme Roy a indiqué que les changements climatiques, la mobilité, la modernisation du système de collecte sélective et la réforme de l’organisation des services policiers retiendront particulièrement l’attention de son organisme, qui représente 360 municipalités.

Les changements climatiques et leurs effets sur les inondations, l’érosion des berges ou même le déneigement interpellent l’UMQ, qui souhaite outiller ses membres sur les meilleures façons de composer avec ces nouvelles situations.

D’ailleurs, rappelle Mme Roy, une formation sur le thème Dans l’action climatique par l’adaptation a été élaborée avec la collaboration d’Ouranos, un consortium en climatologie régionale, et les premières séances gratuites ont été offertes en décembre. La tournée des régions du Québec se poursuivra dans les prochains mois. Les élus de la Côte-Nord y auront accès, mais les dates restent encore à déterminer.

Il ne fait aucun doute que les infrastructures municipales dans plusieurs régions du Québec sont malmenées en raison des changements climatiques. « On a fait nos infrastructures dans le passé avec ce qu’on connaissait et on ne peut pas tout refaire », admet la présidente intérimaire.

Selon elle, les municipalités ont aussi une obligation d’agir pour diminuer leur empreinte écologique, notamment par la réduction des gaz à effet de serre. « Il y a un travail à faire avec les citoyens pour changer nos façons de faire. »

Mobilité et développement

La mobilité est un autre dossier majeur sur l’écran radar de l’UMQ. Il faut agir pour favoriser l’occupation du territoire et cela passe par les modes de transport. Suzanne Roy dénonce notamment les coûts exorbitants du transport aérien interrégional.

Les membres du conseil d’administration du l’UMQ ont d’ailleurs adopté, en décembre, une résolution concernant la route 138. Évidemment bien au fait des grands dossiers de transports de la Côte-Nord, la présidente a souligné l’importance que le gouvernement du Québec soutienne les projets destinés à favoriser l’accès routier. « Il faut désenclaver les régions pour favoriser le développement économique du Québec et l’occupation dynamique du territoire. »

L’UMQ compte suivre de près les nouvelles orientations en matière de collecte sélective que le gouvernement doit dévoiler au cours du premier trimestre de 2020 et qui s’attarderont notamment à une consigne pour le verre. La réforme des services policiers l’interpelle également au plus haut point. « Au niveau des municipalités, on est les premiers responsables de la sécurité de nos citoyens », mentionne celle qui ajoute que les coûts des services policiers sont exponentiels, mais que les revenus des municipalités ne le sont pas.

Dépendance

À ce sujet, la présidente déplore que 70 % des revenus municipaux soient tirés de la taxe foncière au Québec. Elle parle d’une dépendance trop grande à l’impôt foncier et de l’importance de diversifier les sources de rentrées d’argent dans les coffres. La province est au premier rang au pays pour cette dépendance, selon elle.

Le nouveau pacte fiscal, et la plus-value d’un point de la taxe de vente du Québec (TVQ) est un pas dans la bonne direction, concède-t-elle, en soulignant que l’argent obtenu permettra de réaliser des projets et d’assurer des services aux citoyens.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des