Québec lance une consultation sur l’industrie de l’aluminium

Photo de Steeve Paradis
Par Steeve Paradis
Québec lance une consultation sur l’industrie de l’aluminium
Le gouvernement amorce une consultation afin de renforcer la compétitivité de l’industrie de l’aluminium. Sur ce cliché, on voit un type de lingot fabriqué à l’aluminerie Alcoa de Baie-Comeau.

Le gouvernement québécois vient d’annoncer la mise en place d’une démarche de consultation « afin de renforcer la compétitivité de l’industrie québécoise de l’aluminium et d’améliorer l’appui offert aux acteurs qui contribuent à sa croissance ».

Cette consultation, qui se déroulera au printemps 2020, se tiendra dans les régions de Montréal, de Québec, et bien sûr dans les deux principales régions productrices, le Saguenay-Lac-Saint-Jean et la Côte-Nord.

La démarche, initiée par le ministère de l’Économie et de l’Innovation, prendra la forme de rencontres individuelles ou collectives avec les intervenants de l’industrie, soit les producteurs d’aluminium primaire que sont Alcoa, Alouette et Rio Tinto Alcan, les transformateurs, les équipementiers, les fournisseurs spécialisés et les organismes de soutien.

Le résultat de ces échanges sur les enjeux et l’avenir de l’industrie québécoise de l’aluminium servira entre autres à la mise à jour des mesures gouvernementales de soutien au développement de l’aluminium.

Si l’aluminium produit au Québec a un avantage comparatif important parce qu’il a la plus faible empreinte carbone au monde, le marché mondial de ce métal doit composer avec une baisse des prix, une surcapacité de production à l’échelle mondiale et une augmentation du protectionnisme américain.

« L’entrée en vigueur éventuelle de l’Accord Canada-États-Unis-Mexique présentera également de nouveaux défis ainsi que des occasions à saisir pour l’industrie québécoise », ajoute le ministère dans son communiqué.

Selon les chiffres d’Économie et Innovation Québec, le secteur québécois de l’aluminium primaire produit annuellement autour de 2,8 millions de tonnes d’aluminium.

Près de 1 400 entreprises transformatrices sont présentes dans plusieurs marchés, comme le transport terrestre, l’aérospatiale et la construction. On retrouve aussi 70 équipementiers.

La filière de l’aluminium crée au Québec près de 30 000 emplois, dont plus de 7 000 dans la production primaire. En 2018, l’industrie de l’aluminium a généré des exportations de plus de 8,1 G$.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des