Enquête sur les importations de papier journal: Résolu préoccupée par l’Inde

Par Charlotte Paquet 8:22 AM - 05 février 2020
Temps de lecture :

Les démarches lancées par l’Inde en vue de la tenue d’une enquête antidumping concernant les importations de papier journal, notamment en provenance du Canada, préoccupent Produits forestiers Résolu (PFR), dont une partie de sa production y est destinée.

« C’est sûr que cette étude, c’est préoccupant. On suit ça de très près », affirme Karl Blackburn, porte-parole de PFR.

M. Blackburn refuse de quantifier le volume de papier journal qui est exporté en Inde. Il souligne que l’entreprise a des clients dans 70 pays à travers le monde.

Par contre, dans l’édition du 28 janvier du quotidien Le Soleil, un analyste de RBC Dominion valeurs mobilières, Paul Quinn, affirmait que Produits forestiers Résolu était l’un des principaux exportateurs en Inde.

L’année 2019 a été difficile pour l’ensemble des secteurs d’activités de l’industriel forestier, reconnaît M. Blackburn. L’année 2020 laisse cependant entrevoir une certaine relance au chapitre de la pâte commerciale et du bois d’œuvre, « ce qui nous force à être modérément optimiste », précise-t-il.

Du côté du marché du papier journal, le recul de la demande se poursuit cependant. Même que la diminution s’est accentuée en 2019. Elle s’est chiffrée à 14 %, comparativement aux 10 à 12 % observés au cours des années précédentes.

Pour faire face à la situation, PFR poursuit ses efforts en matière de recherche et développement et d’innovation.

Usine de Baie-Comeau

Concernant la situation de la papetière de Baie-Comeau à la suite de la diminution de la demande de papier journal dans le monde, M. Blackburn se fait confiant. « On a deux machines qui opèrent et qui vont bien à Baie-Comeau. C’est clair qu’on va maintenir les opérations telles quelles. »

Le contrôle des coûts d’exploitation demeure cependant une priorité. C’est du côté du coût de la matière première que le bât blesse davantage. Le porte-parole rappelle que pour PFR, c’est au Québec où la fibre est la plus chère à récolter.

Partager cet article