La MRC songe à un service de transport interurbain

Par Charlotte Paquet 9:51 AM - 05 février 2020
Temps de lecture :

» On est sur une erre d’aller, regardez-nous bien aller », a lancé le maire de Baie-Comeau, Yves Montigny (au centre), en levant son verre en compagnie de Myriam Bacon, responsable de la formation et de l’emploi au Conseil des Innus de Pessamit, et Marcel Furlong, préfet de la MRC de Manicouagan.

La MRC de Manicouagan veut implanter un service de transport collectif interurbain entre Pessamit et Baie-Trinité. Elle souhaite apporter une solution à divers besoins des citoyens, notamment dans les domaines de la formation et de l’emploi.

Une étude sera lancée dans les prochains mois pour vérifier la possibilité de lancer un tel service, a mentionné le préfet de la MRC de Manicouagan, Marcel Furlong, mardi soir, aux 115 convives du traditionnel souper de la Chambre de commerce de Manicouagan avec comme invités le maire de Baie-Comeau et le préfet de la MRC.

Le mandat qui sera octroyé permettra de « connaître les coûts, la façon idéale de s’y prendre, quelle sorte de véhicule utiliser et ces choses-là, car il faut quand même être assez polyvalent au niveau des heures par rapport aux usines, par rapport aux ouvertures de commerce », a expliqué M. Furlong.

La MRC considère qu’il est de sa responsabilité comme organisation régionale de permettre aux gens de pouvoir voyager et de sortir de chez eux. Elle voit aussi un tel service comme une mesure de rétention des citoyens dans leur village. « Si on leur offre un transport, ils vont pouvoir rester chez eux, dans leur communauté. »

La Ville de Baie-Comeau travaille en partenariat dans ce dossier afin de s’assurer que le service de transport en commun municipal soit complémentaire à un éventuel service interurbain. « Afin que la personne innue qui part de Pessamit pour venir travailler à Baie-Comeau puisse compléter son trajet dans le réseau urbain », a cité en exemple le maire Yves Montigny.

Projet d’employabilité

Par ailleurs, dans l’optique d’apporter une solution à la pénurie de main-d’œuvre, Baie-Comeau planche sur le projet Kwei Kwei Nous embauchons, nous formons.

« On a un bassin de main-d’œuvre important qui est la communauté des Innus de Pessamit. On veut être capable de créer des opportunités pour eux, non seulement au niveau du transport, mais aussi au niveau de la formation continue en entreprise », a précisé M. Montigny.

Ce projet d’employabilité est en phase d’élaboration au sein de l’équipe de développement économique de la Ville, en collaboration notamment avec la Chambre de commerce de Manicouagan et le Carrefour jeunesse-emploi. Il sera lancé en 2020.

« Pour être capable de maximiser les possibilités d’emploi pour les gens disponibles à l’emploi, mais qui manquent de qualifications, pour qu’on s’assure d’être capable de les qualifier en milieu de travail », a encore souligné le maire.
Oui, l’important bassin de main-d’œuvre de Pessamit est ciblé, mais le projet ratissera plus large, que ce soit du côté des nouveaux arrivants ou de M. et Mme Tout-le-Monde.

Partager cet article