Chez IGA Extra Baie-Comeau, plus de sacs de plastique d’ici le 19 mars

Par Charlotte Paquet 3:00 PM - 07 février 2020
Temps de lecture :

Les copropriétaires du marché IGA Extra de Baie-Comeau, Éric Durand et Valérie Gaudet, se préparent à prendre le virage annoncé par leur bannière, celle du bannissement des sacs de plastique à usage unique à compter du 19 mars.

« Oui, je suis vraiment contente. Je suis contente d’être dans les premiers. Je serais très très mal à l’aise du contraire », s’exclame Valérie Gaudet, copropriétaire de IGA Extra Baie-Comeau Marché Durand-Gaudet, en réaction à l’annonce du bannissement des sacs en plastique à usage unique dans les IGA du Québec à compter du 19 mars.

IGA est la première grande bannière de l’alimentation à emprunter cette voie pour la protection de l’environnement. Au magasin de Baie-Comeau, quelque 416 000 sacs de plastique seront ainsi détournés du site d’enfouissement chaque année. Ce n’est pas rien.

« Il faut faire le virage, on est rendu là! C’est ce que les gens veulent! C’est un choix pour la planète », martèle celle qui est en affaire avec son conjoint, Éric Durand.

Pourtant, contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’utilisation de sacs réutilisables à l’épicerie, disponibles au coût modique de 1 $ la pièce chez IGA, n’est pas si ancrée que ça dans les habitudes.

Mme Gaudet évalue qu’un client sur deux se présentent à la caisse avec. Les autres demandent d’emballer leurs denrées dans des sacs de plastique, qu’ils paieront cinq cents l’unité. Les sacs en papier, disponibles à 10 cents la pièce, sont peu en demande. Ils sont cependant utilisés par l’entreprise pour les commandes en ligne.

Ces sacs réutilisables, il est bon de le préciser, nécessitent un lavage à l’occasion. Il est d’ailleurs tout à fait possible de les mettre dans la laveuse et les faire sécher à l’air libre.

Davantage de vrac

Au-delà de l’utilisation de ces sacs réutilisables, il y a aussi les sacs en filet qui gagnent en popularité. Ils sont pratiques pour y déposer des fruits et des légumes vendus en vrac. Les clients les aiment, selon Valérie Gaudet.

Le marché IGA Extra de Baie-Comeau élargit d’ailleurs depuis peu son offre légumes non emballés, donc sans pellicule plastique ou contenant de styromousse. Les asperges et les choux de Bruxelles font partie d’une longue liste. Pour les fruits, ça s’en vient, assure Mme Gaudet. Le vrac, c’est la tendance et les copropriétaires ont bien l’intention de suivre le courant.

Fait à noter, même si cette pratique est permise dans les marchés IGA au Québec depuis septembre 2019, la possibilité pour les gens d’apporter leurs contenants de plastique réutilisable de la maison pour y déposer des produits en vrac ou au comptoir de courtoisie est impopulaire encore. Elle permet pourtant de poser un geste de plus afin de diminuer l’usage du plastique dans l’emballage des aliments

Partager cet article