L’École de musique vend des notes symboliques pour se financer

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
L’École de musique vend des notes symboliques pour se financer
Pia Di Lalla, la directrice de l’École de musique Côte-Nord, explique que tout coûte plus cher, mais les subventions reçues demeurent stables. Elle pose ici en compagnie des membres de la chorale Bel’Humeur.

« Je vais miser sur la musique pour faire mousser les donateurs ». Cette orientation, c’est celle retenue par Pia Di Lalla pour aller chercher des revenus supplémentaires dans les coffres de l’École de musique Côte-Nord.

Depuis les deux concerts de décembre et pour chaque concert à venir, les spectateurs sont invités à offrir un don à l’institution. Pour tout don de 5 $ et plus, les noms des gens sont inscrits une note de musique symbolique affichée ensuite à l’entrée de l’école. Pour tout don de 20 $ et plus, un reçu à des fins fiscales est aussi remis.

Même si Mme Di Lalla considère que les finances ne sont pas alarmantes, il n’en reste pas moins que « depuis cinq à six ans, tout coûte plus cher, mais les enveloppes restent les mêmes ». Elle fait référence aux subventions qui représentent environ 20 à 25 % du budget de quelque 200 000 $.

Ses deux grands bailleurs de fonds sont la Ville de Baie-Comeau et le ministère de la Culture et des Communications. « Pendant l’année, on cogne aussi à la porte des grandes entreprises », souligne-t-elle.

Bien accueillis

Les appels à la générosité lancés depuis décembre portent ses fruits. « Ç’a été agréablement accepté. Les gens ont embarqué là-dedans et ç’a été fructueux », assure la directrice. Aucun objectif n’a été fixé avec cette formule qui fait partie des petites choses que l’école fait pour augmenter ses revenus.

L’école a aussi majoré le prix des billets pour ses concerts ainsi que les tarifs pour ses cours, mais tout en demeurant prudente à ce chapitre.

Pas question cependant de se lancer dans la vente de chocolat ou autres. À son arrivée comme directrice il y a près d’une vingtaine d’années, Pia Di Lalla s’est dit que l’école rayonnerait par la musique et non par la vente de chocolat. « Je me disais qu’il y avait moyen de faire autrement. »

Six professeurs à temps plein travaillent à l’École de musique Côte-Nord et 192 élèves y suivent des cours sur une base individuelle. De plus, les 40 choristes retraités de la chorale Bel’Humeur s’y perfectionnent aussi en chant choral, tout comme le chœur de l’Orchestre symphonique de la Côte-Nord.

Musique et St-Valentin, un beau duo!

Se laisser bercer par de la belle musique, quoi de mieux pour célébrer la St-Valentin en compagnie des élèves de l’École de musique de la Côte-Nord, qui offrira une matinée musicale pour l’occasion.

Le concert aura lieu le dimanche 16 février à 10 h 30, dans le foyer du Centre des arts de Baie-Comeau. La directrice de l’école promet des prestations hautes en couleurs et en émotions avec des musiques de toutes les époques et de tous les styles, notamment du jazz, du classique, du folklorique et du populaire jusqu’aux pièces enfantines.

Le premier numéro accordera toute la place aux plus jeunes enfants qui, à leur façon, souligneront la fête de l’amour. Inscrits dans la classe d’éveil musical et en chant avec le professeur Nicole Champagne, les petits charmeront leur auditoire en chant choral.

Seuls ou avec d’autres, les élèves joueront ensuite de leur instrument. Les chansons d’amour auront la cote, mais aussi les valses, menuets, danses, thèmes de symphonies et mélodies que les spectateurs se laisseront peut-être aller à fredonner.

L’orchestre préparatoire de l’Orchestre à cordes de Baie-Comeau et son professeur Jasmine Perron, qui enseigne les cordes à l’école de musique, participeront aussi au concert par une interprétation de Por una cabeza, une musique extraite du film Parfum de femme.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des