Un 8 mars aux couleurs de la Marche mondiale des femmes

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Un 8 mars aux couleurs de la Marche mondiale des femmes
Hélène Millier, de la Maison des femmes de Baie-Comeau, est entourée de Mathieu Thériault, brasseur principal à la microbrasserie St-Pancrace, et Kathy Imbeault, du Centre de femmes L’Étincelle.

Le Collectif 8 mars de Baie-Comeau a profité de la Journée internationale des droits des femmes pour lancer les activités de la prochaine Marche mondiale des femmes (MMF), qui, au Québec, se tiendra le 17 octobre à Terrebonne en présence d’une délégation d’au moins 95 Nord-Côtières, espère-t-on.

En conférence de presse jeudi, tout juste avant la tenue d’un 5 à 7 festif aux couleurs du 8 mars, sur le thème Féministes de toutes nos forces, les grandes lignes de l’événement ont été dévoilées par Hélène Millier, de la Maison des femmes de Baie-Comeau, et Kathy Imbeault, du Centre de femmes de L’Étincelle. Les deux autres groupes membres du collectif sont la Maison Anita-Lebel et Espace Côte-Nord.

Si le passé est garant de l’avenir, l’objectif de 95 participantes, incluant les représentantes des groupes de femmes, devrait être facile à atteindre, a fait remarquer Kathy Imbeault. Au cours des dernières éditions, des personnes avaient dû s’entasser à bord de voitures pour participer à la marche puisque les deux autocars de la Côte-Nord étaient pleins.

La MMF, qui se tient tous les cinq ans, en sera à sa cinquième édition en 2020. Après avoir souligné que les avancées réalisées sur le plan de l’égalité entre les hommes et les femmes sont réelles, mais tout de même fragiles, Hélène Millier a rappelé les raisons pour lesquelles les femmes marcheront en octobre.

« Nous marcherons le 17 octobre prochain pour reconnaître et dénoncer les formes de violences faites aux femmes et contribuer à leur élimination, notamment en déployant une campagne nationale de sensibilisation », a-t-elle indiqué, avant d’aborder d’autres thèmes, entre autres le salaire minimum à 15 $ de l’heure et la justice pour les femmes autochtones.

Financement

Ficeler le financement pour permettre la participation de 95 Nord-Côtières à l’étape québécoise de la marche mondiale ne se fait pas en criant ciseaux. Un budget de 30 000 $ est prévu.

« Ça fait déjà cinq ans qu’on a commencé nos activités de financement pour pouvoir y parvenir. On a même emballé chez Maxi au mois de janvier. Donc, c’est vraiment beaucoup de travail effectivement, mais c’est toute la Côte-Nord ensemble dans le fond qu’on s’est mobilisées pour avoir ce 30 000 $-là », a précisé Mme Millier. À ce jour, plus de la moitié de l’objectif est atteint.

Pour aller chercher ce qui manque, les femmes misent notamment sur la Mer Courage, une nouvelle bière blanche brassée par la microbrasserie St-Pancrace pour la cause et dont une partie des revenus de sa vente permettront aux femmes de participer à la marche d’octobre 2020.

Le brasseur principal de la microbrasserie, Mathieu Thériault, a précisé que la Mer Courage est la première production issue de la salle de fermentation sauvage de la St-Pancrace.

Parmi les autres activités de financement au programme des prochains mois, il y a les 5 à 7 féministes qui se tiendront un jeudi par mois à l’usine de la St-Pancrace d’ici le jour J en octobre. Le premier est prévu le 2 avril.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des