COVID-19 : les appels diminuent à la Maison des femmes de Baie-Comeau

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
COVID-19 : les appels diminuent à la Maison des femmes de Baie-Comeau
Le confinement obligatoire pourrait expliquer la situation, selon la directrice générale de la Maison des femmes de Baie-Comeau, Hélène Millier. Photo EZ Fotos

Pandémie ou non, la Maison des femmes de Baie-Comeau continue d’offrir ses services aux femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants, mais les appels à l’aide sont somme toute limités. Le confinement obligatoire pourrait l’expliquer.

« En termes de demandes, on est surpris de ne pas avoir plus de téléphones que ça. Je me serais attendue d’en avoir plus », avoue Hélène Millier, directrice générale de cette ressource d’hébergement et de services à l’externe.

Mme Millier est d’avis que l’obligation de passer les 14 premiers jours dans un site d’hébergement alternatif en décourage plus d’une. « On a des téléphones, mais quand on leur explique la procédure et qu’elles seront en quarantaine, certaines retardent », indique-t-elle, en faisant référence à la décision de quitter un conjoint violent.

Dès la mise en place des premières mesures sanitaires pour limiter la propagation du coronavirus, les maisons d’hébergement du Québec ont dû développer un lieu d’hébergement temporaire pour les nouvelles admissions.

Fonctionnement

Les femmes doivent passer ce confinement à l’intérieur du lieu ciblé. Les sorties, que ce soit pour prendre l’air ou pour un rendez-vous, se font sous supervision.

Une intervenante de la maison des femmes passe 12 heures par jour sur place. L’organisme s’occupe d’acheminer la nourriture aux occupantes.

Depuis l’ouverture de ce lieu d’hébergement alternatif le 23 mars, six femmes ont été accueillies. L’une poursuit son confinement, quatre autres l’ont terminée et une dernière a fait le choix de retourner vivre avec le conjoint qu’elle venait de quitter

Actuellement, la Maison des femmes de Baie-Comeau héberge quatre femmes sur une possibilité de 10 places.

Services externes

Si le téléphone sonne moins pour des besoins en hébergement, il sonne également moins pour du soutien à l’externe. Hélène Millier estime la baisse du nombre d’appels à au moins 75 % depuis le début du confinement et ça se comprend, dit-elle.

« D’être au téléphone avec une intervenante quand le conjoint est là, c’est pas facile. Il y en a qu’on avait régulièrement à chaque semaine et dont on n’a pas de nouvelles. Les femmes n’appellent pas. »

La directrice générale s’attend cependant à une demande très forte une fois que la crise du coronavirus s’estompera. Elle ajoute que la situation vécue à Baie-Comeau au cours des dernières semaines n’est pas unique dans le réseau des maisons d’hébergement du Québec.

Défi égalitaire annulé

Par ailleurs, la Maison des femmes vient d’annoncer l’annulation de son Défi sportif Rapport égalitaire, sa principale activité de financement dont la cinquième édition était prévue le 12 septembre. Elle se privera ainsi de quelque 10 000 $.

Une activité d’emballage d’épicerie chez Maxi devait se tenir en mars, mais a aussi été annulée. Normalement, elle rapportait autour de 3 500 $.

Pour boucler son budget 2020-2021, Mme Millier compte maintenant sur le rehaussement du financement des maisons d’hébergement pour femmes victimes de violence au Québec, annoncé dans le dernier budget provincial.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des