Pétition contre la réouverture de la région : la Chambre de commerce s’y oppose aussi

Par Charlotte Paquet 9:06 AM - 07 mai 2020
Temps de lecture :

Le président de la Chambre de commerce de Manicouagan, Antonio Hortas, espère avoir plus de précisions dans les prochaines heures et les prochaines journées par rapport aux nouvelles restrictions en zone orange.

La Chambre de commerce de Manicouagan ajoute sa voix à ceux qui déplorent la teneur d’une pétition en circulation pour le report de la réouverture de la Côte-Nord prévue le 18 mai.

Lancée le 3 mai par Isabelle Hall, une citoyenne de Baie-Comeau, la pétition réclame le maintien des barrages routiers jusqu’à ce qu’un traitement ou un vaccin soient disponibles pour la COVID-19, ce qui pourrait prendre jusqu’à 18 à 24 mois. Jeudi matin, plus de 4 200 signatures avaient été recueillies.

Selon le président de l’organisation, Antonio Hortas, « on envoie un mauvais message au reste du Québec alors que les directives de la santé publique sont claires et prudentes ». Il ne manque de souligner aussi que si l’état des choses évoluait dans le mauvais sens, la santé publique n’élimine pas la possibilité de rectifier le tir.

« Laissons la direction de la santé publique faire son travail et l’ensemble des industries et des citoyens démontrer que ce sont des gens responsables » pour limiter la propagation du coronavirus, propose plutôt M. Hortas, qui considère la revendication comme prématurée et basée sur une situation hypothétique.

L’économie locale affectée

Le président de la chambre insiste aussi sur le fait que l’industrie touristique, qui navigue déjà dans l’inconnu par rapport à une reprise des activités, serait affectée par un possible report de la réouverture de la région.

Mais, s’empresse-t-il d’ajouter, il ne faut pas sous-estimer l’impact sur l’économie locale, avançant que des commerces comme Borale, Petite fleur ou Spin sport & plein air pourraient ainsi être privés du passage de visiteurs chez eux.

Enfin, M. Hortas est d’avis qu’il faut apprendre à vivre avec la COVID-19 en adoptant les comportements adéquats calqués sur les consignes de la santé publique.

 

 

Partager cet article