COVID-19 : près de 25 % des entreprises de la Manicouagan éprouvent de sérieux problèmes de liquidités

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
COVID-19 : près de 25 % des entreprises de la Manicouagan éprouvent de sérieux problèmes de liquidités
La grande majorité des magasins en affaires dans les centres commerciaux ne sont toujours pas autorisés à reprendre leurs activités. Cette photo a été prise au Centre Manicouagan à quelques jours de la fermeture imposée par Québec le 22 mars.

La Cellule d’action et de soutien aux entreprises de la Manicouagan dresse un constat inquiétant des résultats d’un sondage qu’elle a réalisé ces dernières semaines. Près d’une entreprise sur quatre connaît des problèmes de liquidités graves et au rythme où vont les choses, certaines risquent d’être incapables de passer à travers la fameuse pandémie de coronavirus.

Le train de mesures imposées en mars par le gouvernement Legault pour limiter la propagation du virus a fait mal aux entreprises et organismes. Le déconfinement a beau être bien amorcé, pour certains, dont les boutiques installées dans des centres commerciaux, aucune réouverture n’est encore dans l’air.

« Le gros problème, c’est les liquidités, car il n’y a pas d’aide directe et ni de subvention non remboursable, il y a des prêts », précise la porte-parole de la cellule, Myreille Lalancette, également directrice générale de la Chambre de commerce de Manicouagan.

Mme Lalancette souligne que dans plusieurs cas, les coussins financiers n’existent plus. Lors d’une reprise de l’activité économique, ces entreprises n’auront plus ces liquidités pour leur permettre de patienter jusqu’au retour à la normale de leurs affaires.

Les membres de la cellule, issus des organismes de développement économique de la Manicouagan, sont conscients que le déconfinement doit se faire sous le signe de la prudence dans les différents secteurs de l’économie, mais ils n’en craignent pas moins que certaines ne se relèvent pas de cette crise.

Voici les résultats du sondage rempli par 60 répondants issus de différents secteurs de l’économie et confirmés par la cinquantaine d’appels téléphoniques menés auprès d’autres entrepreneurs.

  • 44,8 % des entreprises répondantes sont demeurées partiellement ouvertes lors de la crise
  • 27,6 % des entreprises répondantes sont demeurées ouvertes sans diminution des heures d’ouverture.
  • 30,3 % des répondants estiment que leur entreprise n’aurait pu survivre plus de trois mois en étant complètement fermée.
  • 31 % des répondants sont inquiets que le confinement provoque une perte de clientèle, même après la reprise normale des activités.
  • + de 90 % des répondants ont connu des pertes de revenus importantes dues à la pandémie du COVID-19.
  • 23,1 % des répondants vivent des problèmes de liquidités graves, affectant leur capacité à payer leurs frais fixes.
Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des