Trois semaines au cœur de la pandémie pour Maude Rail

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Trois semaines au cœur de la pandémie pour Maude Rail
Maude Rail, préposée aux bénéficiaires au Château Baie-Comeau, n’a pas hésité une seconde à accepter la proposition de sa supérieure pour aller donner un coup de main dans une autre résidence du groupe Cogir sur la rive sud de Montréal.Elle y a côtoyé la mort de résidents atteints de la COVID-19. Photos courtoisie

Maude Rail vient de vivre une expérience humaine incroyable. La préposée aux bénéficiaires est de retour à Baie-Comeau après trois semaines passées dans une résidence privée pour aînés de la rive sud de Montréal en manque criant de personnel.

À l’emploi du Château Baie-Comeau, propriété du groupe Cogir, la femme n’a pas hésité une seconde lorsque sa supérieure lui a offert d’aller prêter main-forte dans une autre résidence du groupe située à Saint-Lambert, Les jardins intérieurs.

« Elle avait demandé à d’autres filles, mais ça ne les intéressait pas. Il y en a une qui lui a dit demande à Maude, elle est aventurière, elle », raconte en riant la préposée. Sans homme dans sa vie et maman d’un grand garçon qui habite à Québec, elle a répondu oui tout de suite.

« J’aime aider et je savais qu’ils avaient besoin de personnel. Si ça avait été le contraire, on aurait aimé ça avoir de l’aide des autres », poursuit-elle.

Un tantinet craintive

Maude Rail savait qu’elle s’en allait dans une résidence où il y avait des cas de COVID-19, notamment parmi les employés, et où il y avait eu des décès. « Ça me faisait un peu peur, mais c’est pas ça qui m’aurait arrêté. Au début, c’était stressant, mais on s’adapte », assure celle qui a côtoyé la mort pendant son séjour, qui s’est étendu du 3 au 23 mai.

« C’est pas facile. Il y a les émotions. Côtoyer la mort, c’était nouveau pour moi. C’est ce qui était le plus dur », souligne la préposée en parlant de sa réaction face au décès de résidents à qui elle avait donné des soins. La situation s’améliore cependant dans la résidence, assure-t-elle en se basant sur ce qu’on lui a dit.

Par rapport à son expérience, la femme de 57 ans affirme que « c’est quelque chose à vivre ». Au Château Baie-Comeau, il semble qu’on attende son retour avec impatience afin qu’elle raconte ce qu’elle a vécu.

« Je vais ramener l’expérience de ce qui peut être amélioré, ce qui a bien été. Ça va nous permettre d’être plus prêts », souligne-t-elle en faisant référence à d’éventuels cas positifs.

« Quand tu reviens de là, tu reviens changée. C’est très valorisant de faire ça. Je suis contente et fière », ajoute la dame.

En confinement

Maude Rail est de retour à Baie-Comeau depuis peu. Après avoir passé un test de dépistage de la COVID-19, elle se confine chez elle pour 14 jours.

Elle a profité amplement des pistes cyclables dans le coin de Saint-Lambert, mais ici, sa bécane est remisée pour les deux prochaines semaines.

Est-ce que d’autres employés de la santé sur la Côte-Nord sont, comme Mme Rail, allés prêter main-forte dans des établissements en manque de personnel dans la région de Montréal? Bien difficile de le savoir du côté du secteur privé.

Cependant, dans le réseau public de santé, le Centre intégré de santé et de services sociaux de la Côte-Nord confirme qu’une douzaine de personnes ont demandé des renseignements à ce sujet, mais qu’aucune n’y a donné suite jusqu’à présent.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des