Baie-Trinité achète le presbytère et le Centre des naufrages

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Baie-Trinité achète le presbytère et le Centre des naufrages
La municipalité de Baie-Trinité versera 55 000 $ sur cinq ans pour devenir propriétaire du presbytère de l’endroit. Photos courtoisie

Le parc immobilier de la municipalité de Baie-Trinité est sur le point de se bonifier avec l’achat du presbytère de l’endroit et du bâtiment de l’ancien Centre national des naufrages du Saint-Laurent.

Dans les faits, il ne manque que les détours chez le notaire pour conclure officiellement les deux transactions, assure le maire Étienne Baillargeon, qui souligne au passage qu’un organisme à but non lucratif sera créé pour la gestion des deux bâtiments et la recherche de subventions. « Nous, on va être en arrière ».

Les membres du conseil municipal ont donné leur aval à l’acquisition du presbytère au montant de 55 000 $, lors de la séance ordinaire du 13 mai. Ce montant sera payé à raison de 11 000 $ par année pendant cinq ans.

De cette façon, souligne le maire, « ça donne un peu plus d’argent à la fabrique pour faire des petites rénovations et personne n’est étouffé ».

Nouvelle vocation à venir

Il est peu probable qu’une nouvelle vocation soit donnée au presbytère dans l’immédiat, mais le maire affirme qu’il le verrait bien transformé en lieu d’hébergement sous une forme quelconque, avec peut-être une salle d’exposition au rez-de-chaussée ou autres. « Le problème ici, c’est qu’on manque de place pour garder les gens à dormir. C’est un gros manque dans notre secteur », mentionne le maire.

Il fait référence à une clientèle touristique, mais aussi à des gens de l’extérieur du village qui pourraient souhaiter participer à des activités rassembleuses. « Les gens ont du fun, mais ils ne fêtent pas trop, car ils doivent prendre leur voiture pour retourner chez eux. »

On se souviendra que le conseil de fabrique de la Sainte-Trinité a offert son presbytère à la municipalité l’automne dernier avant de se résigner à l’offrir au grand public. Inoccupé depuis quelques années avec le départ des dernières religieuses à y avoir habité, le bâtiment était devenu excédentaire. Or, les marguilliers souhaitent utiliser les revenus de sa vente pour effectuer quelques travaux permettant de garder l’église en bon état pour encore quelques années.

Centre des naufrages

Par ailleurs, un an après l’amorce des premières démarches en ce sens auprès du gouvernement du Québec, Baie-Trinité est devenue propriétaire pour la somme de 1 $ de l’édifice qui a abrité le Centre national des naufrages du Saint-Laurent de 2004 à 2015, évalué à 435 000 $. « Les papiers sont partis chez le notaire. On peut dire que c’est à nous », se réjouit le maire Baillargeon.

L’organisme à but non lucratif avait été radié par le registraire des entreprises du Québec en raison de l’absence de production de deux déclarations de mise à jour annuelles consécutive. Par le fait même, à titre de bien non réclamé, il était devenu propriété du ministère du Revenu.

« Notre but, c’est de redécoller (les activités) et peut-être repartir dans le même sens, avec l’histoire. Notre première démarche, ça va être de remettre l’électricité et de vérifier l’état de la bâtisse », indique-t-il.

Un projet de relance réaliste devra être élaboré et le maire va jusqu’à envisager de ramener dans le bâtiment des artefacts d’épaves de navire qui y ont déjà été exposés.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des