Baie-Trinité : une acquisition qui mène à la démission d’un conseiller

Photo de Charlotte Paquet
Par Charlotte Paquet
Baie-Trinité : une acquisition qui mène à la démission d’un conseiller
Jean-Guy Carrier, qu’on aperçoit à l’extrême droite à la table du conseil municipal en 2018, a décidé de tirer sa révérence. La dossier de l’acquisition du presbytère est la goutte qui a fait déborder le vase.

La municipalité de Baie-Trinité se prépare à déclencher une élection pour la quatrième fois en 11 mois. Pour le conseiller démissionnaire Jean-Guy Carrier, l’achat du presbytère au coût de 55 000 $ est la goutte qui a fait déborder le vase.

Le poste de M. Carrier est officiellement vacant depuis mai. Membre du conseil municipal depuis presque six ans, il a décidé de tirer sa révérence parce qu’il ne se sentait pas en réelle communion avec les orientations des autres élus.

« Je commençais à être tanné de me chicaner un peu. On avait des objectifs et pour moi, c’était pas dans la même direction. Je veux aller de l’avant et je ne veux pas endetter les gens. On est là pour servir son citoyen, pas son chum. »

S’il n’a rien à reprocher à l’achat du Centre national des naufrages du Saint-Laurent pour 1 $, ce n’est pas le cas pour le presbytère. « On n’a rien à mettre dedans », martèle M. Carrier, indiquant qu’il y a quelques années, la municipalité avait eu des discussions avec l’évêché en vue de l’acquérir pour la somme de 1 $.

« Moi, sortir 55 000 $ de la municipalité, on n’a pas d’argent pour ça. Il y a des rues de la municipalité qui ne sont pas asphaltées, il y a de l’eau à donner, il y a des fosses septiques à faire. Ça fait six ans que je fais du bénévolat 40 h par semaine, aujourd’hui, j’en ai assez. »

Processus électoral

Pour le moment, le processus électoral ne peut être lancé en raison en raison d’un décret gouvernemental lié à la pandémie de COVID-19 qui prévaut jusqu’au 26 juin.

Cette quatrième élection en un an surviendra après celles du maire Étienne Baillargeon en juin 2019, de la conseillère Diane Lebrasseur en septembre et de la conseillère Thérèse Harrisson en novembre.

On se souviendra que l’élection de septembre avait permis de pourvoir le poste laissé vacant par Magella Saint-Louis, défait à l’élection à la mairie.

Partager cet article

Laissez un commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des